[Rendez-vous de l’Histoire de Blois] L’habitat populaire urbain entre destruction et patrimonialisation (XVIIe-XXIe siècle)

Les Rendez-vous de l’histoire de Blois 2019 donnent carte blanche au LIA MediterraPolis !

Nous sommes heureux de vous inviter à la table-ronde
L’habitat populaire urbain entre destruction et patrimonialisation (XVIIe-XXIe siècle)
Dimanche 13 oct. 2019 de 14:00 à 15:30
Site Chocolaterie de l’IUT
15 rue de la chocolaterie 41000 Blois

Des ‘bassi’ et ‘fondaci’ du centre historique de Naples aux grands ensembles des ‘borgate’ de la périphérie de Rome, quels nouveaux usages sociaux et quelles politiques, entre destruction de l’habitat indigne, réaffectation et patrimonialisation.

Continuer la lecture de [Rendez-vous de l’Histoire de Blois] L’habitat populaire urbain entre destruction et patrimonialisation (XVIIe-XXIe siècle)

[JE] Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions Europe méditerranéenne, XIVe–XVIIIe siècle

Rome – 26 et 27 septembre 2019

Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500,  Archivio Storico del Comune di Venezia.  Image tirée de l'exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.
Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l’exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.

Organisateurs :

  • Mathieu Grenet (INU Champollion/Framespa),
  • Pauline Guéna (Sorbonne Université),
  • Catherine Rideau Kikuchi (UVSQ/DYPAC),
  • Serena Di Nepi (Sapienza).

Comité scientifique :

  • Marie Bossaert (EFR),
  • Eleonora Canepari (TELEMME),
  • Constance de Gourcy (Aix-Marseille Université),
  • Anouche Kunth (CNRS),
  • Alessandro Saggioro (Sapienza),
  • Pierre Savy (EFR).

Ces journées d’études sont co-financées dans le cadre du Laboratoire International Associé Mediterrapolis.

En s’inscrivant dans la lignée des travaux qui se sont multipliés depuis les années 1990 au sujet des diasporas, ces journées d’étude visent à examiner particulièrement comment de tels groupes se construisent dans le cadre urbain. On entend ici la ville à la fois comme un espace et comme un territoire dans lequel se déploient les stratégies et les perceptions des acteurs, ainsi que comme le lieu où les communautés interagissent entre elles, avec les institutions et avec les autorités locales. Les communications de ces journées permettront de faire se rencontrer la question des diasporas avec deux thématiques actuelles de l’histoire urbaine : l’étude de la répartition et de l’implantation des étrangers en ville d’une part, et celle des usages de l’espace urbain d’autre part. Il s’agira de comprendre, par l’urbain et ses spécificités, comment on aboutit à des identités collectives – parfois souples et négociées, parfois assignées de manière plus autoritaire – propres à ces groupes sociaux qui finissent par se penser et être pensés comme diaspora, voire par être institutionnalisés comme tels. Nous espérons que cette rencontre sera le lieu de dialogues fructueux, croisant des spécialités et des terrains divers autour de la Méditerranée.

Fin dagli anni Novanta del secolo scorso, numerosi studi sul paradigma della diaspora sono stati condotti in ambito storico e sociologico. Il nostro workshop indagherà la costituzione di gruppi diasporici nel contesto urbano, inteso questo sia come spazio in cui si manifestano percezioni e strategie degli attori, sia come luogo in cui i loro membri interagiscono con le istituzioni e con le comunità locali. Gli interventi si propongono di lavorare in parallelo su temi diversi, intrecciando, da una parte, lo studio della distribuzione e dell’ubicazione degli stranieri nella città e, dall’altra, gli usi dello spazio nello sviluppo urbano. Tenendo in considerazione le caratteristiche specifiche del tessuto urbano, punteremo a ricostruire i processi attraverso cui le identità collettive di questi gruppi sociali – flessibili e negoziate e/o imposte dall’autorità esterna e dalle sue regole – finiscono per pensarsi e per essere percepite come diaspora, talvolta anche dal punto di vista istituzionale. Ci auguriamo che questo incontro favorisca dialoghi interdisciplinari su temi mediterranei.

Continuer la lecture de [JE] Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions Europe méditerranéenne, XIVe–XVIIIe siècle

UNE SESSION MEDITERRAPOLIS AU COLLOQUE « EDUCATION AND POST-DEMOCRACY »

La revue Scuola democratica a organisé son premier colloque international à Cagliari du 6 au 8 juin 2019 sur le thème « Education and Post-Democracy ». Ce colloque qui a rassemblé plus de 500 participants a eu pour ambition opportunité de présenter et de discuter des travaux empiriques et théoriques provenant de disciplines variées couvrant sur les questions d’éducation. Laboratoire international associé franco-italien MediterraPolis a organisé dans ce cadre une session sur le thème « Education, patrimoines culturels et espace méditerranéen : histoire et processus créatifs de transmission intergénérationnelle ». La session était organisée et animée par Alessandra Broccolini et Luca Salmieri de l’université Roma-Sapienza avec Stéphane Mourlane de l’UMR TELEMMe-ESPE Aix Marseille Université.

Continuer la lecture de UNE SESSION MEDITERRAPOLIS AU COLLOQUE « EDUCATION AND POST-DEMOCRACY »

L’abitare popolare | Materiali di ricerca. Storia, antropologia, sociologia. Giornata di studio, Galileo

14 e 15 Giugno 2019 – Sapienza, Dipartimento di Scienze Sociali ed Economiche, Via Salaria 113 – AULA C4 – II piano

Venerdì 14 Giugno | 14.00-18.30 | Centri storici: tipologie abitative tra continuità e mutamenti

Fabrizio Pedone | Dai catoi alle case popolari. Una via mediterranea alla zonizzazione?

Brigitte Marin | Orientamenti storiografici e fonti napoletane per lo studio delle condizioni abitative popolari nel Settecento

Céline Regnard | L’hébergement des migrants dans les ports à partir de l’exemple de Marseille (fin XIXe-début XXe siècle)

Eleonora Canepari | Biografie di hôtels. Mobilità e trasformazione urbana (cours Belsunce, Marsiglia)

Marcello Anselmo | Abitare il Cavone. Appunti per una storia orale di “un’isola” del proletariato del centro storico di Napoli

Carlo Ferrari | Tra isolamento e integrazione: i quartieri della povertà nella Roma barocca

Discussant:

  • Bruno Bonomo [Dipartimento di Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo, sezione Storia moderna e contemporanea, Sapienza, Università di Roma]
  • Fabio Amato [Dipartimento di Scienze Umane e Sociali, Università degli Studi di Napoli “L’Orientale]

Continuer la lecture de L’abitare popolare | Materiali di ricerca. Storia, antropologia, sociologia. Giornata di studio, Galileo

“Education, cultural heritages and the Mediterranean space”, session du colloque Scuola Democratica (Cagliari, 6-8 juin 2019)

Alessandra Broccolini (Sapienza), Stéphane Mourlane (TELEMMe-Aix Marseille Université) et Luca Salmieri (Sapienza) coordonnent pour le LIA Mediterrapolis une session du colloque Scuola Democratica (Cagliari, 6-8 juin 2019) sur le thème « Education, cultural heritages and the Mediterranean space: History and creative processes of intergenerational transmission ». Cette session pluridisciplinaire vise à établir une compréhension conceptuelle partagée de l’interface entre le patrimoine culturel matériel et immatériel et l’éducation, ainsi qu’à partager des expériences concrètes antérieures et en cours pertinentes pour l’intégration du patrimoine culturel matériel et immatériel dans les processus éducatifs et de socialisation. Parmi les participants à cette session :

·         Letizia Bindi (University of Molise, Italy) : Is it really up to us? DiCultHer Network and its implications in developing cultural heritage learning

·         Carmen Gómez-Redondo (Université de Valladolid) : Land art as a tool for heritagization in the ecoheritage model

·         Katia Ballacchino (University of Salerno, Italy) Education is Heritagization. Anthropological reflections from some ethnographical cases

·         Francesca Berti (University of Tübingen, Germany) : Between similarities and cultural diversities: intercultural education meets intangible cultural heritage. The example of traditional games

·         Didier Rey (Univervity of Corte, France) : Il calcio, la storia, il patrimonio e l’educazione a traverso la “Jeunesse sportive bonifacienne »

Programme de la session “Education, cultural heritages and the Mediterranean space: History and creative processes of intergenerational transmission

 

Année 2018, une collaboration franco-italienne renforcée par plusieurs actions

Deux volumes co-signés issus des rencontres organisées en 2017, parus à la fin de l’année 2018, témoignent de la consolidation de la collaboration entre les partenaires français et italiens du LIA : Angelo Bertoni (AMU, TELEMMe) et Lidia Piccioni (La Sapienza-SARAS) (dir.), Raccontare, leggere e immaginare la città contemporanea / Raconter, lire et imaginer la ville contemporaine, Olschki, Florence, 2018 (avec 10 chapitres de membres du LIA, SARAS, DiSSE et TELEMMe) ; Eleonora Canepari (AMU, TELEMMe), Brigitte Marin (AMU, TELEMMe) et Luca Salmieri (La Sapienza-DiSSE) (dir.), Gli entroterra delle città dimare. Abitanti, territori, mobilità (XVII-XXI secolo) / Les arrière-pays des villes de mer. Habitants, territoires, mobilité (XVIIe-XXIe siècle), Paris, L’Harmattan, 2018 (avec 6 chapitres de membres du LIA, SARAS, DiSSE et TELEMMe). Ces ouvrages ont donné lieu à des présentations, en octobre et en décembre 2018, à Rome, avec la participation des partenaires.

            L’année a également été marquée par la première école d’été du LIA, Habiter le mouvement, XVIe-XXIe siècle, à Rome en juillet 2018. L’école a constitué un important moment de convergence et de discussion croisée, entre spécialistes de disciplines variées (histoire moderne, histoire contemporaine, sociologie, anthropologie, géographie, démographie, urbanisme) sur les relations entre mobilité et formes d’habiter. Continuer la lecture de Année 2018, une collaboration franco-italienne renforcée par plusieurs actions

La maison consulaire. ESPACES, FONCTIONS ET USAGERS (Moyen âge – époque contemporaine)

Journées d’étude
10 et 11 mai 2019, INU Champollion, Albi

Organisées par Diego Carnevale (Università degli studi di Napoli Federico II), Mathieu Grenet (INU Champollion, Albi), Fabrice Jesné (Ecole française de Rome) et Jörg Ulbert (Université de Bretagne Sud, Lorient)

Avec le soutien de l’Université Franco Italienne

Construction complexe combinant lieu de résidence et espace de réception, la maison consulaire se situe à l’interface d’une double dichotomie public/privé et local/étranger au cœur de la problématique des échanges marchands et diplomatiques en Europe méditerranéenne et au-delà, depuis le bas Moyen Âge et jusqu’à la période contemporaine.

Elle se singularise par une visibilité accrue dans l’espace urbain qui contribue à l’occasion à fragiliser sa position dans certains contextes délicats. Elle constitue également une « maison » au sens premier du terme, en ce que sa location voire son entretien constituent des charges récurrentes de la fonction consulaire.

C’est l’ensemble de ces fils que cette enquête ambitionne de saisir, au service d’une histoire totale de la maison consulaire qui ne se limite pas à en faire un simple théâtre de marionnettes, mais lui redonne toute sa place dans la dynamique d’autonomisation de la fonction consulaire au tournant des époques moderne et contemporaine.

Continuer la lecture de La maison consulaire. ESPACES, FONCTIONS ET USAGERS (Moyen âge – époque contemporaine)

Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Le colloque franco-italien Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui a rassemblé à Rome les 25 et 26 mars 2019 des historiens, sociologues, politologues et géographes des deux pays afin d’analyser l’importance et la grande fluidité des mouvements de populations entre l’Italie et la France depuis un siècle et demi. Si la rencontre accueillie par l’École française de Rome s’inscrivait résolument dans un cadre scientifique marqué par un profond renouvellement des études migratoires, rappelé en introduction par Stéphane Mourlane, elle ne pouvait faire abstraction du contexte actuel des relations franco-italiennes souligné par lors des mots d’accueil par Christophe Musitelli, conseiller culturel à l’ambassade de France à Rome. Dans sa thèse sur Français et Italiens à la fin du XIXe siècle (EFR, 1983), Pierre Milza avait bien montré qu’au moment où l’immigration transalpine en France prend un caractère massif, les migrants sont à la fois acteurs et enjeux des relations bilatérales. Il a d’ailleurs été rappelé que la France et l’Italie ont établi la première convention internationale bilatérale sur les migrations en 1904. Le colloque s’est aussi inscrit dans un contexte mémoriel qu’il convenait de rappeler. De part et d’autre des Alpes, la gestion de la mémoire de l’immigration connaît en effet des formes diversifiées. Parfois oublié ou méconnu, souvent déformé au prisme du misérabilisme ou de l’idéalisation, ce passé migratoire trouve sa place dans la mémoire collective des deux pays selon des modalités qui mêlent à la fois ressorts historiques et enjeux contemporains. Mais cette mémoire demeure surtout l’apanage des descendants des migrants eux-mêmes. La conscience d’une mémoire partagée entre la France et l’Italie reste en devenir. La circulation de l’exposition Ciao Italia! du Musée national de l’histoire de l’immigration en France et en Italie y apporte une contribution. Le colloque était d’ailleurs adossé à la présentation de cette exposition à l’Institut français-Centre Saint Louis de Rome.

Continuer la lecture de Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Projet de recherche Galilée 2019 : « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle »

Le principal objectif scientifique de cette collaboration, sur l’habitat populaire, est d’incuber le développement d’une équipe interdisciplinaire italo-française pendant deux ans d’échanges et de publications conjointes, afin de consolider une reconstruction historico-anthropologique et socio-urbanistique de longue durée, intéressant les centres historiques de Rome, Naples et Marseille, susceptible de servir de socle pour élargir les recherches à d’autres réalités méditerranéennes. Les études de sciences sociales sur les espaces urbains de l’Europe méridionale et de la Méditerranée se sont centrées prioritairement, ces dernières années, sur deux phénomènes : les processus de renouvellement urbain et de « gentrification » des centres-villes ; la dégradation des conditions de l’habitat à bon marché en périphérie, en lien, en particulier, avec les flux et les politiques migratoires, et les phénomènes corollaires de ségrégation sociale. Les deux équipes, formées d’historiens modernistes et contemporanéistes pour Aix-Marseille Université, de spécialistes des métropoles actuelles, sociologues, anthropologue, géographe et historien du temps présent pour La Sapienza Università di Roma, proposent d’inverser le regard, à partir d’une approche renouvelée de la question sensible du logement des populations aux faibles revenus dans trois grandes villes de l’Europe méridionale, Marseille, Rome et Naples, en s’attachant à des lieux et des constructions qui, sur une durée de plusieurs siècles, ont maintenu leur vocation d’accueil de pauvres et d’étrangers. Continuer la lecture de Projet de recherche Galilée 2019 : « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle »

Bilan des activités 2018 : les principaux thèmes d’études

Le thème de la fabrique de l’espace a été exploré à travers l’étude des chronologies, des sujets et des formes de la stigmatisation urbaine, en prenant en examen les quartiers d’habitat collectif (une rencontre co-organisée en janvier et une session du Congrès européen d’histoire urbaine (EAUH, Rome, août 2018)). Une enquête a été lancée sur les fondaci (forme d’habitat populaire) à Naples en croisant histoire (B. Marin et Marcello Anselmo, TELEMMe) et anthropologie (A. Broccolini, La Sapienza-SARAS). Cette recherche, qui devrait déboucher sur la publication d’une étude fouillée concernant le fondaco Santa Monica, situé dans un faubourg de la ville du XVIIe siècle, rejoint la question des mobilités, aussi bien les mobilités intra-urbaines (notamment lors des expulsions/relogements des familles qui habitaient les fondaci de la ville basse démolis pour des raisons sanitaires après les épidémies de choléra du XIXe siècle) que les migrations (ces logements accueillant, à côté de familles napolitaines enracinées, des travailleurs migrants). La recherche a avancé tant en ce qui concerne les dépouillements d’archives (Archivio di Stato, Archivio Storico Communale) que les enquêtes d’histoire orale. Continuer la lecture de Bilan des activités 2018 : les principaux thèmes d’études

Angelo Bertoni invité au Dipartimento di scienze sociali ed economiche de La Sapienza Università di Roma

Angelo Bertoni, TELEMMe, était invité au Dipartimento di scienze sociali ed economiche de La Sapienza Università di Roma, du 1er février au 30 avril 2019.

Il intervient dans le séminaire de doctorat du Département, le lundi 25 mars à 14h, salle Tuminelli : Nuovi attori e pratiche del progetto urbano partecipativo nella trasformazione dello spazio pubblico a Marsiglia.

The urban regeneration policies carried out in Marseille during the last twenty years have had a strong impact on the historic centre and the degraded port districts. The public space has been transformed and became the favoured tool of a renewed image of the city, taking only partially into account the social practices of the inhabitants. The lecture focuses on the temporary urban experiences introduced by collectives of architects in spaces forgotten by the public authorities and which try to give a concrete response to the inhabitants’ expectations. The article explores the consequent on-going process of updating the participatory urban planning practices. Continuer la lecture de Angelo Bertoni invité au Dipartimento di scienze sociali ed economiche de La Sapienza Università di Roma

Lidia Piccioni, professeur invitée à TELEMMe

Professeur d’histoire contemporaine à La Sapienza Università di Roma, Dipartimento di Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo (SARAS), Facoltà di Lettere e Filosofia, Lidia Piccioni est accueillie  à l’UMR TELEMMe, invitée par le LIA Mediterrapolis, au mois de mai 2019.

Après un doctorat en “Histoire urbiane et rurale” de l’Università degli Studi di Perugia, elle a dédié ses recherches à la société urbaine et aux transformations territoriales entre XIXe et XXe siècle, en concentrant plus particulièrement son attention sur l’Italie contemporaine et la ville de Rome.

Elle a publié, dans ce domaine, plusieurs articles et monographies, dont : San Lorenzo, Un quartiere romano durante il fascismo, Storia e Letteratura, Roma, 1984 ; I Castelli romani. Identità e rapporto con Roma dal 1870 a oggi, Laterza, Roma-Bari, 1993 ; Introduction et coordination du numéro monographique de Roma moderna e contemporanea sur le thème  Roma in guerra, 1940-1943 (n° 3, 2003) ; Città e dintorni. Trasformazioni e identità in età contemporanea: Roma a confronto, FrancoAngeli, Milano, 2012 ; « Le parole dell’identità: una introduzione », Dimensioni e problemi della ricerca storica, n° 2, 2016 (dans la section qu’elle a coordonnée Identità in età contemporanea: una discussione a partire dalla ricerca sul territorio). Continuer la lecture de Lidia Piccioni, professeur invitée à TELEMMe

Un projet du LIA MediterraPolis retenu à l’appel Galilée 2019

Des équipes des partenaires du LIA MediterraPolis (AMU/TELEMMe et La Sapienza/DiSSE) ont soumis un projet de recherche à l’appel du Partenariat Hubert Curien franco-italien Galilée 2019 : « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle ». Ce projet, placé sous la responsabilité de Silvia Lucciarini (La Sapienza/DiSSE) et de Brigitte Marin (AMU/TELEMMe) a  été retenu. Il se déroulera sur deux années (2019 et 2020), et impliquera cinq chercheurs rattachés à l’UMR TELEMMe (M. Anselmo, E. Canepari, C. Ferrari, B. Marin, S. Rivoal), et cinq chercheurs de La Sapienza (A. Broccolini, K. Bellacchino, S. Lucciarini, F. Pedone, L. Salmieri). R. Galdini, B. Bonomo et S. Pili seront également associés au groupe italien ; Céline Regnard au groupe français.

La collaboration est centrée sur l’habitat populaire :  reconstruction historico-anthropologique et socio-urbanistique de longue durée, intéressant les centres historiques de Rome, Naples et Marseille. Les études de sciences sociales sur les espaces urbains de l’Europe méridionale et de la Méditerranée se sont centrées prioritairement, ces dernières années, sur deux phénomènes : les processus de renouvellement urbain et de « gentrification » des centres-villes ; la dégradation des conditions de l’habitat à bon marché en périphérie, en lien, en particulier, avec les flux et les politiques migratoires, et les phénomènes corollaires de ségrégation sociale. Les deux équipes, formées d’historiens modernistes et contemporanéistes pour Aix-Marseille Université/TELEMMe, de spécialistes des métropoles actuelles, sociologues, anthropologue, géographe et historien du temps présent pour La Sapienza Università di Roma (DiSSE, SARAS), proposent d’inverser le regard, à partir d’une approche renouvelée de la question sensible du logement des populations aux faibles revenus dans trois grandes villes de l’Europe méridionale, Marseille, Rome et Naples, en s’attachant à des lieux et des constructions qui, sur une durée de plusieurs siècles, ont maintenu leur vocation d’accueil de pauvres et d’étrangers. Continuer la lecture de Un projet du LIA MediterraPolis retenu à l’appel Galilée 2019

Disuguaglianze territoriali e voto politico

31 janvier-2 février 2019, Napoli

Sessione del Congresso della Società Italiana di Sociologia Economica, Sviluppo e disuguaglianze. A Sud del Nord e a Nord del Sud

I divari territoriali e le diseguaglianze spaziali sono tornati protagonisti del dibattito globale, tanto da assurgere – nei discorsi e nelle rappresentazioni di politici e media – a fattore strutturante del campo politico. Brexit, l’elezione di Trump se non i risultati delle stesse elezioni italiane del 4 Marzo sarebbero stati, secondo un’efficace immagine del geografo economico Rodriguez Pose, la “vendetta dei luoghi abbandonati”. Ovvero di quelle popolazioni che, confinate ai magini dei nuovi processi di agglomerazione e specializzazione che anche in Europa hanno caratterizzato l’ultimo trentennio, avrebbero vendicato la propria condizione di minorità politica, sociale ed anche culturale cui le elites delle economie urbane cultural-cognitive le avrebbero costrette dopo la fine dell’economie industriali (e, nell’est, del socialismo reale). A guardare i tre casi citati, la polemica dei “populisti” contro le elite delle due coste (Trump), i radical-chic del centro (Salvini) e i cittadini globali parigini (Le Pen) confermerebbero quantomeno la rilevanza di tali divari nel discorso politico sebbene, ovviamente, non il loro effettivo ruolo nel determinare i comportamenti elettorali. E confermerebbero quanto, in effetti, l’analisi delle diseguaglianze spaziali dovrebbe progressivamente spostarsi dalla scala urbana a quella territoriale nella consapevolezza di quanto, in una società sempre più interdipendente ed altamente mediatizzata, la ricchezza ed il dinamismo “percepiti” di un luogo possa fare la povertà di un altro anche – se non soprattutto – se collocato a breve distanza.

Continuer la lecture de Disuguaglianze territoriali e voto politico

Bruno Bonomo, professeur invité à l’EHESS (Marseille) en mars 2019

Bruno Bonomo

Bruno Bonomo (Rome, 1976) enseigne l’histoire contemporaine au département SARAS – Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo (Faculté de Lettres et Philosophie) de l’Université de Rome Sapienza. Il coordonne l’axe de recherche 1 « Fabrique des territoires » du LIA MediterraPolis (avec Jean-Luc Arnaud et Eleonora Canepari, TELEMMe).

Recherches

Spécialiste de la seconde moitié du XXe siècle, Bruno Bonomo conduit principalement ses recherches sur trois thématiques : l’histoire urbaine, l’histoire du logement et de l’habiter, la méthodologie de la recherche historique. Il a étudié la croissance urbaine de Rome après la Seconde Guerre mondiale, la construction de nouveaux quartiers pour les couches populaires et surtout pour les classes moyennes, les formes d’appropriation de l’habitat par les habitants en rapport avec les nouveaux styles de vie et de consommation qui se sont affirmés dans les Trente Glorieuses. Il a aussi analysé les cultures de l’habiter et les transformations de l’espace domestique à la même période, en se focalisant en particulier sur l’avènement du téléviseur. À présent, il conduit une recherche sur les politiques publiques et la diffusion de la propriété du logement dans les villes italiennes au XXe siècle. Continuer la lecture de Bruno Bonomo, professeur invité à l’EHESS (Marseille) en mars 2019

Espaces urbains, mobilités, citadinités. Europe méridionale – Méditerranée, XVe-XXIe siècles