Malpassé, Marseille, 2017. Photographie d’Alice Sotgia

Construire et déconstruire la stigmatisation de l’habitat collectif social dans les villes françaises et italiennes

Journées d’études du LIA MéditerraPolis

Organisées par
  • Bruno Bonomo (Sapienza Università di Roma) et
  • Alice Sotgia (LIA MediterraPolis / LAA-LAVUE)

Lieu : IMéRa – Aix-Marseille Université
2 place Leverrier – Marseille
Dates : 15 – 16 janvier 2018

Contact : telemme[at]mmsh.univ-aix.fr

Tout au long du XXe siècle, une stigmatisation a souvent accompagné – et accompagne encore aujourd’hui – les espaces et les habitants des nombreux résidences et quartiers d’habitat collectif social. Dans une perspective interdisciplinaire et comparative entre des villes méditerranéennes françaises et italiennes, ces journées d’études veulent interroger les processus de construction et de déconstruction de la stigmatisation associée à cette typologie d’habitat. À quel moment ces immeubles et ces quartiers commencent-ils à être stigmatisés ? Pouvons-nous établir une chronologie générale de ces processus ou les dimensions nationales et locales imposent des chronologies différentiées? Quelles sont les raisons et les facteurs prioritaires de la stigmatisation (espaces urbains et architecturaux, conditions sociales, gouvernance, choix politiques…) ? Qui sont les différentes acteurs impliqués dans la construction et, plus récemment, dans la déconstruction des lourdes stigmatisations ? Quelle est la place des habitants en tant qu’objet des stigmatisations mais aussi acteurs des processus de déconstruction ? Y a-t-il une ou plusieurs rhétoriques de la stigmatisation ? Comment ces rhétoriques circulent et sont-elles alimentées ? Quelles solutions sont-elles envisagées pour déconstruire ces stigmatisations ? À travers des études de cas et des réflexions théoriques plus générales sur les sociétés urbaines et les politiques de la ville, ces journées d’études veulent réfléchir aux différentes chronologies, sujets et formes que la stigmatisation assume, autant qu’aux stratégies et résultats de sa déconstruction.

Nel corso del XX secolo, e ancora oggi, forme di stigmatizzazione hanno spesso segnato gli spazi e gli abitanti di numerosi complessi e quartieri di edilizia residenziale pubblica. Questo workshop intende interrogare il processo di costruzione e decostruzione della stigmatizzazione associata all’edilizia residenziale pubblica in una prospettiva comparata tra le città francesi e italiane del Mediterraneo. Quand’è che tali complessi e quartieri iniziano a essere stigmatizzati? È possibile stabilire una cronologia generale di tali processi o le dimensioni nazionali e locali impongono di adottare delle cronologie differenziate? Quali sono le ragioni e i fattori prioritari della stigmatizzazione (spazi urbani, architettura, condizioni sociali, governance, scelte politiche…)? Quali i differenti attori implicati nella costruzione e – più recentemente – nella decostruzione dello stigma? Che ruolo hanno gli abitanti in quanto oggetto di stigmatizzazione, ma anche in veste di attori dei processi di decostruzione? Esistono una o più retoriche della stigmatizzazione? Come vengono alimentate e attraverso quali canali circolano tali retoriche? Quali soluzioni si possono individuare per decostruire la stigmatizzazione? Attraverso studi di caso e riflessioni di taglio più generale sulle società e le politiche urbane, il workshop vuole mettere a fuoco le differenti cronologie, i diversi soggetti e le varie forme della stigmatizzazione, così come le strategie e gli esiti della sua decostruzione.

Lundi 15 janvier

Moderateur : Muriel Girard (INAMA – ENSA Marseille)

14h00 – Ouverture : Brigitte Marin (AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe / EHESS)

14h15 – Introduction : Bruno Bonomo (Sapienza Università di Roma) et Alice Sotgia (LIA MediterraPolis / LAA-LAVUE)

14h30 – Stéphane Mourlane (AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe) et Virginie Baby-Collin (AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe), Le Grand Saint Barthélemy des années 1960 à nos jours : entre marginalisations successives et réponses politiques et associatives au sein d’un quartier populaire de Marseille

15h00 – Alice Sotgia (LIA MediterraPolis / LAA-LAVUE), Population problématique et l’habitant comme ressource. Récits administratifs des cités de Malpassé Sud à Marseille

15h30 – Olivier Bedu (Cabanon Vertical), L’espace urbain comme expérience

16h00 – Pause café

16h20 – Discussion

Mardi 16 janvier

Moderateur : Bruno Bonomo (Sapienza Università di Roma)

9h30 – Luciano Villani (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Université Paris 1 PanthéonSorbonne), Lo stigma sociale nelle borgate di Roma: scansioni cronologiche, modelli discorsivi, canali di circolazione del pregiudizio e meccanismi di difesa opposti dagli abitanti

10h00 – Carlo Cellamare (Sapienza Università di Roma), L’interazione spazio-società e la riappropriazione dei luoghi nelle dinamiche di stigmatizzazione dei quartieri ERP. Tor Bella Monaca a Roma

10h30 – Ferdinando Fava (Università di Padova / LAA-LAVUE UMR CNRS 7218), Espace urbain et violence symbolique: semiotique, politique et economie du stigmate

11h00 – Pause café

11h20 – Carolina Mudan Marelli (LAA-LAVUE UMR CNRS 7218), Politiques prioritaires et dynamiques de marchandisation du stigma territorial dans la banlieue nord de Naples

11h50Discussion

  Programme des JE “Stigmatisation de l’habitat collectif”, 15 et 16 janvier 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.