Un projet du LIA MediterraPolis retenu à l’appel Galilée 2019

Des équipes des partenaires du LIA MediterraPolis (AMU/TELEMMe et La Sapienza/DiSSE) ont soumis un projet de recherche à l’appel du Partenariat Hubert Curien franco-italien Galilée 2019 : « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle ». Ce projet, placé sous la responsabilité de Silvia Lucciarini (La Sapienza/DiSSE) et de Brigitte Marin (AMU/TELEMMe) a  été retenu. Il se déroulera sur deux années (2019 et 2020), et impliquera cinq chercheurs rattachés à l’UMR TELEMMe (M. Anselmo, E. Canepari, C. Ferrari, B. Marin, S. Rivoal), et cinq chercheurs de La Sapienza (A. Broccolini, K. Bellacchino, S. Lucciarini, F. Pedone, L. Salmieri). R. Galdini, B. Bonomo et S. Pili seront également associés au groupe italien ; Céline Regnard au groupe français.

La collaboration est centrée sur l’habitat populaire :  reconstruction historico-anthropologique et socio-urbanistique de longue durée, intéressant les centres historiques de Rome, Naples et Marseille. Les études de sciences sociales sur les espaces urbains de l’Europe méridionale et de la Méditerranée se sont centrées prioritairement, ces dernières années, sur deux phénomènes : les processus de renouvellement urbain et de « gentrification » des centres-villes ; la dégradation des conditions de l’habitat à bon marché en périphérie, en lien, en particulier, avec les flux et les politiques migratoires, et les phénomènes corollaires de ségrégation sociale. Les deux équipes, formées d’historiens modernistes et contemporanéistes pour Aix-Marseille Université/TELEMMe, de spécialistes des métropoles actuelles, sociologues, anthropologue, géographe et historien du temps présent pour La Sapienza Università di Roma (DiSSE, SARAS), proposent d’inverser le regard, à partir d’une approche renouvelée de la question sensible du logement des populations aux faibles revenus dans trois grandes villes de l’Europe méridionale, Marseille, Rome et Naples, en s’attachant à des lieux et des constructions qui, sur une durée de plusieurs siècles, ont maintenu leur vocation d’accueil de pauvres et d’étrangers.

L’objectif est d’approfondir notre connaissance de la ville et des sociétés contemporaines, en étudiant la façon dont les espaces de logement, liés à la mobilité et à la précarité, qui ont laissé leur empreinte morphologique au cœur des villes, ont été, ces dernières décennies, transformés ou réinvestis, et de saisir par quelles dynamiques nouvelles ou par quels phénomènes de résilience, ils demeurent des lieux d’accueil de pauvres et de migrants. En effet, loin d’avoir totalement disparus dans les opérations de rénovation et de gentrification de centres-villes, comme de mise en valeur de leur patrimoine historique et architectural, certains de ces espaces de logement populaires ont conservé cette fonction, parfois réactivée avec l’accueil de nouvelles populations migrantes, de récente implantation dans ces villes et de provenances lointaines. L’enquête sociologique et anthropologique permettra d’éclairer les usages sociaux, la culture matérielle dans ces lieux, la vie quotidienne et les adaptations de l’habitat, les besoins et les réponses de la population, en privilégiant les méthodes de l’histoire orale, l’analyse des représentations et des mémoires, l’enquête ethnographique sur les pratiques quotidiennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.