J.-F. Rauzier, Barcelona veduta ,2011

Bilan des activités 2018 : les principaux thèmes d’études

Le thème de la fabrique de l’espace a été exploré à travers l’étude des chronologies, des sujets et des formes de la stigmatisation urbaine, en prenant en examen les quartiers d’habitat collectif (une rencontre co-organisée en janvier et une session du Congrès européen d’histoire urbaine (EAUH, Rome, août 2018)). Une enquête a été lancée sur les fondaci (forme d’habitat populaire) à Naples en croisant histoire (B. Marin et Marcello Anselmo, TELEMMe) et anthropologie (A. Broccolini, La Sapienza-SARAS). Cette recherche, qui devrait déboucher sur la publication d’une étude fouillée concernant le fondaco Santa Monica, situé dans un faubourg de la ville du XVIIe siècle, rejoint la question des mobilités, aussi bien les mobilités intra-urbaines (notamment lors des expulsions/relogements des familles qui habitaient les fondaci de la ville basse démolis pour des raisons sanitaires après les épidémies de choléra du XIXe siècle) que les migrations (ces logements accueillant, à côté de familles napolitaines enracinées, des travailleurs migrants). La recherche a avancé tant en ce qui concerne les dépouillements d’archives (Archivio di Stato, Archivio Storico Communale) que les enquêtes d’histoire orale.

Le thème des mobilités a fait l’objet d’un colloque international (Marseille), en collaboration avec la Chaire d’excellence de la Fondation A*MIDEX d’Eleonora Canepari (TELEMMe), dans une perspective interdisciplinaire. Il faisait suite à la journée d’études organisée à Rome en 2017 sur la mobilité intra-urbaine. La ville est un pôle d’attraction pour les migrations et, plus généralement, un lieu de mobilité sous toutes ses formes : résidentielle (changement de domicile), quotidienne, pendulaire, saisonnière, etc. La mobilité a été saisie par une approche centrée à la fois sur les individus et leurs pratiques de mobilité (relations avec le cycle de vie et la biographie) et sur le contexte spatial et historique, en prenant en compte, entre autres, l’impact de crises économiques et sociopolitiques et d’événements inattendus qui ont touché l’environnement.

Cette orientation de recherche a permis de réunir à la fois des chercheurs de l’UMR TELEMMe, de La Sapienza, et du CNR-IRPPS, et constitue désormais un pôle structurant du LIA. 

Aussi, la mobilité et les modes d’habiter, deux thématiques qui émergent fortement des travaux des partenaires et qui ont donné lieu à des publications récentes des membres du LIA, ont-ils formé la matière de l’école d’été, « Habiter le mouvement, XVIe-XXIe siècle » (Rome, juillet 2018 ; AMU-TELEMMe/La Sapienza-DiSSE). Lire les modes d’habiter au prisme des phénomènes de mobilité permet de reformuler la notion d’habiter et de l’adapter à l’importance que le mouvement et l’instabilité ont dans les sociétés, de nos jours comme dans le passé. La relation entre mobilité et formes d’habiter a été présentée selon quatre perspectives : celle des pratiques (sociologie, ethnologie, anthropologie), celle des populations et des espaces (démographie et géographie), celle qui se fonde sur la longue durée (histoire sociale et culturelle), celle des structures matérielles (archéologie, architectures, urbanisme).

Pour un compte rendu détaillé, voir le billet : https://mediterrapolis.hypotheses.org/347

 

Le troisième axe, « Culture, héritage, mémoire », après la clôture du cycle de rencontres Imaginer la ville contemporaine, organisé par Angelo Bertoni (TELEMMe) et Lidia Piccioni (SARAS), dont les résultats ont été publiés dans un volume co-dirigé, s’est ouvert à de nouvelles explorations. L’une (journée d’études Les monuments dans la ville aujourd’hui de Florence 23 avril 2018), en lien avec un programme financé par la fondation A*MIDEX (Pierre Sintès, TELEMMe), se propose d’étudier les notions de monumentalité et de monumentalisation à partir d’expériences artistiques et de recherche en sciences sociales, afin de porter un regard original sur les espaces publics. À travers le dialogue interdisciplinaire, le rôle du monument et du contre-monument sont discutés et révèlent les logiques de pouvoir à l’œuvre dans la fabrique urbaine, faisant ainsi le lien avec l’axe 1. A. Bertoni (TELEMMe), P. Sintès (TELEMMe) et Rossana Galdini (La Sapienza-DiSSE) sont impliqués dans le suivi de ce groupe de recherche. Une autre initiative vise à étudier les associations volontaires pour la protection du patrimoine historique, artistique et paysager, lors des grandes transformations urbaines du XIXe siècle, et un premier séminaire a réuni, à Rome, les partenaires (A. Bertoni, TELEMMe, L. Piccioni, SARAS), en étendant les collaborations à l’université de Florence et à l’École d’architecture de Marseille. 

Enfin, la réflexion sur les transformations territoriales des villes contemporaines (analysées l’an dernier avec le colloque sur les arrière-pays des villes de mer) a pris en examen cette année les espaces libres et les espaces verts, avec le colloque co-organisé par deux partenaires, l’École française de Rome (F. Jesné ; C. Perrin, INRA associée au LIA) et l’Université de Roma Tre/CROMA (C. Travaglini), avec la participation d’un membre de TELEMMe (J.-N. Consales) : « Gli spazi aperti nelle trasformazioni delle città mediterranee. Rappresentazioni, usi e norme ». Dans le cadre de cette rencontre internationale, les appropriations de l’espace par les habitants, thème transversal au sein du LIA, ont été débattues sur divers cas d’étude.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.