Projet de recherche Galilée 2019 : « Crise du logement et habitations populaires des centres-villes de Rome, Naples et Marseille. Taudis et fondaci, XVIIe-XXIe siècle »

Le principal objectif scientifique de cette collaboration, sur l’habitat populaire, est d’incuber le développement d’une équipe interdisciplinaire italo-française pendant deux ans d’échanges et de publications conjointes, afin de consolider une reconstruction historico-anthropologique et socio-urbanistique de longue durée, intéressant les centres historiques de Rome, Naples et Marseille, susceptible de servir de socle pour élargir les recherches à d’autres réalités méditerranéennes. Les études de sciences sociales sur les espaces urbains de l’Europe méridionale et de la Méditerranée se sont centrées prioritairement, ces dernières années, sur deux phénomènes : les processus de renouvellement urbain et de « gentrification » des centres-villes ; la dégradation des conditions de l’habitat à bon marché en périphérie, en lien, en particulier, avec les flux et les politiques migratoires, et les phénomènes corollaires de ségrégation sociale. Les deux équipes, formées d’historiens modernistes et contemporanéistes pour Aix-Marseille Université, de spécialistes des métropoles actuelles, sociologues, anthropologue, géographe et historien du temps présent pour La Sapienza Università di Roma, proposent d’inverser le regard, à partir d’une approche renouvelée de la question sensible du logement des populations aux faibles revenus dans trois grandes villes de l’Europe méridionale, Marseille, Rome et Naples, en s’attachant à des lieux et des constructions qui, sur une durée de plusieurs siècles, ont maintenu leur vocation d’accueil de pauvres et d’étrangers.

En effet, loin d’être cantonnées aux marges urbaines, les populations mobiles, déracinées et démunies, ont trouvé, dès le XVIIe siècle, au cœur des quartiers urbains, dans les zones centrales, des formes d’accueil (en dehors des grandes institutions d’assistance et d’enfermement des pauvres) qui ont pu donner lieu à des constructions spécifiques. Le plus souvent, il s’agissait d’habitations précaires (baraquements et campements), mais aussi de bâtiments de construction plus durable qui s’en trouvèrent socialement fortement connotés : espaces mixtes de travail, d’échange commercial et de logement, espaces résiduels (étables, entrepôts, etc.) dans ou à proximité des hôtels particuliers, chambres garnies… Ces formes d’habitat plurielles (gratuites ou en location ; pour des individus seuls, des groupes ou des familles ; légales et contrôlées ou en dehors du droit ; temporaires ou définitives) sont assez mal connues des historiens car elles ont laissé moins de traces archivistiques que les édifices de meilleure qualité matérielle, architectonique, décorative qui ont, de ce fait, davantage retenu l’attention, d’autant plus qu’ils sont aussi le signe de l’implantation des élites et des pouvoirs dans la cité, et par conséquent, aujourd’hui, une part non négligeable du patrimoine, public et privé, des centres anciens. Cependant des travaux récents ou en cours, notamment des membres de l’équipe, ont mis au jour des formes de logement peu étudiées qui permettent de mieux connaître les conditions d’habitation de larges segments populaires des populations citadines d’Ancien Régime. Ainsi, pour Rome, des travaux de doctorat en cours (C. Ferrari) explorent les lieux occupés et fréquentés par les pauvres, ainsi que les politiques urbaines et sociales de cantonnement, menées par la papauté dans le domaine au XVIIe siècle. Ils ont mis en évidence la présence de véritables « quartiers » de pauvres, comme le « borghetto dei pidocchi », à proximité de la Piazza del Popolo, un ensemble de logements, de propriété ecclésiastique, offerts à bas prix à des ouvriers agricoles, des domestiques, des manouvriers et porte-faix, vivant d’un travail précaire. Par ailleurs, des recherches d’histoire sociale sur la mobilité citadine dans cette ville à l’époque moderne, liées en particulier au travail saisonnier (E. Canepari), montrent combien ces modalités d’existence ont contribué à la fabrique de la ville, à la définition de certains de ses espaces et de sa matérialité (baraques, auberges, sous-locations de chambres, etc.). À Naples, le problème de l’accès au logement pour les couches les plus pauvres de la population se manifeste de façon criante dès le XVIe siècle, lorsque la ville connaît une croissance démographique qui la porte au second rang des villes européennes par rang de taille derrière Paris. Alors, de multiples espaces liés à l’origine à l’entreposage des marchandises, magasins, dépôts, abris, grottes, écuries, ou au travail des matières premières, deviennent les lieux d’entassement de familles entières, vivant jour et nuit sur des lieux d’activités malsains, en particulier dans la partie « basse » de la ville, à proximité du port. La ville comptait ainsi, à la veille du Risanamento (1889), la grande opération urbanistique qui détruisit une partie de cet habitat insalubre, une centaine de fondaci, ces habitations serrées, élevées autour de petites cours sans équipement sanitaire, qui devinrent les grands foyers du choléra à partir des années 1830. La plupart étaient initialement des lieux de commerce, des entrepôts qui comprenaient quelques logements pour les marchands de passage, devenus dès, le XVIIe siècle, des lieux d’habitation pour les couches les plus pauvres du peuple. Il reste aujourd’hui une trentaine de ces fondaci, dont l’histoire est mal documentée. Une enquête combinant recherche archivistique et histoire orale a été entreprise en 2018 pour restituer l’histoire de longue durée d’une condition d’habitation qui s’est peu transformée jusqu’à nos jours sur le cas du fondaco di Santa Monica (M. Anselmo, B. Marin). Pour la ville de Marseille également, de récentes travaux sur l’agrandissement du XVIIe siècle, ou encore sur l’espace portuaire au XVIIIe siècle (dans le cadre d’un programme Galilée, 2014, en collaboration avec l’Université de Naples Federico II) permettent de mieux connaître les conditions de l’habitat pendant la période moderne.

Sur la base de ces travaux historiques, achevés ou en cours, l’objectif est d’approfondir notre connaissance de la ville et des sociétés contemporaines, en étudiant la façon dont ces espaces de logement, liés à la mobilité et à la précarité, qui ont laissé leur empreinte morphologique au cœur des villes, ont été, ces dernières décennies, transformés ou réinvestis, et de saisir par quelles dynamiques nouvelles ou par quels phénomènes de résilience, ils demeurent des lieux d’accueil de pauvres et de migrants. En effet, loin d’avoir totalement disparus dans les opérations de rénovation et de gentrification de centres-villes, comme de mise en valeur de leur patrimoine historique et architectural, certains de ces espaces de logement populaire ont conservé cette fonction, parfois réactivée avec l’accueil de nouvelles populations migrantes, de récente implantation dans ces villes et de provenances lointaines. L’enquête sociologique et anthropologique permettra d’éclairer les usages sociaux, la culture matérielle dans ces lieux, la vie quotidienne et les adaptations de l’habitat, les besoins et les réponses de la population (L. Salmieri, S. Lucciarini), en privilégiant les méthodes de l’histoire orale (F. Pedone), l’analyse des représentations et des mémoires, l’enquête ethnographique sur les pratiques quotidiennes (A. Broccolini), le recueil de témoignages et de données (S. Pili).

Rome et Naples constituent des observatoires qu’il est intéressant de rapprocher, non seulement parce que ce sont deux métropoles de l’espace euro-méditerranéen, récemment confrontées au phénomène migratoire, mais aussi parce que leurs centres historiques sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1980, avec un élargissement à l’enceinte d’Urbain VIII de 1643 en 1990 pour Rome ; 1995 pour Naples) et accueillent des flux touristiques qui n’ont cessé de croître ces dernières années. Dans ce contexte, l’enquête s’orientera également vers la question de la patrimonialisation de la culture populaire, un phénomène qui a déjà touché des logements populaires comme certains bassi de Naples, rénovés pour la location à des touristes auxquels est ainsi proposée une expérience de la « napolitanità ». De son côté, le cas de la ville de Marseille représente un terrain essentiel pour saisir les dynamiques de mobilité de la population dans le centre-ville, ainsi que les sédimentations des modes d’habiter liés au passage et à une temporalité courte. À Marseille, l’analyse sera menée sur les hôtels du centre-ville, qui seront utilisés comme des observatoires non seulement de la mobilité des habitants, mais aussi de changements sociétaux plus larges, au prisme de la longue durée et des développements urbanistiques récents liés à Marseille-Provence 2013 (E. Canepari). Un cadre comparatif plus ample sera envisagé, en particulier sur le sujet des fondaci, ces espaces mixtes (commerce et production artisanale, associé au logement précaire) étant présents dans plusieurs villes portuaires de Méditerranée (S. Rivoal).

L’organisation des échanges, la publication de textes communs, la consolidation et le développement d’un réseau pluridisciplinaire franco-italien de chercheurs, sont les modalités par lesquelles on entend recomposer le cadre fragmenté des recherches déjà conduites et en fournir de nouvelles, dans une perspective d’ensemble qui puisse aussi favoriser l’attention d’un public non expert aux formes de l’habitat populaire dans les centres historiques des villes de Méditerranée.

Le rapprochement pluridisciplinaire commencera par le partage des connaissances sur les recherches réalisées ou en cours sur ces terrains, regardant la vie quotidienne, la culture populaire, les relations sociales, en se concentrant sur la nature des sources, très diverses, sur leurs analyses et interprétations qui rendent compte des structures et des modes d’habiter les centres historiques. Le noyau de départ de cet intérêt à la fois historiographique, sociologique et anthropologique, est constitué par certaines formes particulières de l’habitat populaire, comme les fondaci, des baraques et taudis, des assemblages de fortune. À partir de là, l’objectif est d’étendre les connaissances à d’autres formes de l’habitat populaire en centre-ville, en relevant les traits saillants des continuités et des mutations de la vie des populations, au-delà des schématisations techniques ou des stratégies urbanistiques et de gouvernement du territoire.    

La méthodologie repose sur deux approches complémentaires : l’une d’analyse interdisciplinaire concrète ; l’autre de combinaison de diverses perspectives épistémologiques. De l’approche interdisciplinaire dans la recherche et l’analyse des formes historiques d’habitat populaire peuvent ressortir des modèles interprétatifs applicables soit dans une perspective de longue durée, soit dans une perspective d’étude comparée entre des villes diverses.

Combiner diverses perspectives épistémologiques signifie se situer à distance d’une histoire sociale et culturelle attentive seulement aux structures de la société, comme les classes sociales, ou aux politiques générales de gouvernement du territoire, en faveur d’une étude des pratiques des gens ordinaires, des gestes et des actions quotidiennes du vivre et de l’habiter dans certains contextes urbains déterminés. En tant que telles, les pratiques peuvent éclairer de nombreuses questions relevant des sciences sociales. Elles peuvent révéler des usages, des appropriations, des revitalisations, des formes de créativité, des tactiques et des modes de vie à travers lesquels restituer aux objets, aux mémoires, aux édifices qui proviennent du passé les significations plurielles  que des individus leur assignaient.

 

Quatre rencontres sont prévues :  5-6 avril 2019 à Marseille ; 14-15 juin 2019 à Rome ; novembre 2019 (dates à définir) à Marseille ; 2020 (dates à définir) à Rome.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.