Magasin italien à Paris, vendeur de journaux Emporio Italiano, 1900, Musée national de l’histoire de l’immigration

Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Le colloque franco-italien Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui a rassemblé à Rome les 25 et 26 mars 2019 des historiens, sociologues, politologues et géographes des deux pays afin d’analyser l’importance et la grande fluidité des mouvements de populations entre l’Italie et la France depuis un siècle et demi. Si la rencontre accueillie par l’École française de Rome s’inscrivait résolument dans un cadre scientifique marqué par un profond renouvellement des études migratoires, rappelé en introduction par Stéphane Mourlane, elle ne pouvait faire abstraction du contexte actuel des relations franco-italiennes souligné par lors des mots d’accueil par Christophe Musitelli, conseiller culturel à l’ambassade de France à Rome. Dans sa thèse sur Français et Italiens à la fin du XIXe siècle (EFR, 1983), Pierre Milza avait bien montré qu’au moment où l’immigration transalpine en France prend un caractère massif, les migrants sont à la fois acteurs et enjeux des relations bilatérales. Il a d’ailleurs été rappelé que la France et l’Italie ont établi la première convention internationale bilatérale sur les migrations en 1904. Le colloque s’est aussi inscrit dans un contexte mémoriel qu’il convenait de rappeler. De part et d’autre des Alpes, la gestion de la mémoire de l’immigration connaît en effet des formes diversifiées. Parfois oublié ou méconnu, souvent déformé au prisme du misérabilisme ou de l’idéalisation, ce passé migratoire trouve sa place dans la mémoire collective des deux pays selon des modalités qui mêlent à la fois ressorts historiques et enjeux contemporains. Mais cette mémoire demeure surtout l’apanage des descendants des migrants eux-mêmes. La conscience d’une mémoire partagée entre la France et l’Italie reste en devenir. La circulation de l’exposition Ciao Italia! du Musée national de l’histoire de l’immigration en France et en Italie y apporte une contribution. Le colloque était d’ailleurs adossé à la présentation de cette exposition à l’Institut français-Centre Saint Louis de Rome.

Les différentes contributions ont mis en exergue l’intensité des mouvements de population, la diversité géographique et sociale en fonction des circonstances, façonnant un espace circulatoire transalpin. Elles ont examiné dans la durée, au-delà des aspects démographiques et économiques, les effets politiques et culturels du point de vue des rapports entre Français et Italiens.

Après les mises en perspective proposées par Enrico Pugliese et Catherine Wihtol de Wenden, une première session a porté sur les questions frontalières (Y. Gastaut, S. Rinauro, P. Corti) qui cristallisent bien des enjeux dans les rapports franco-italiens. Une deuxième session a été consacrée aux espaces et expériences migratoires, mettant l’accent sur la question mémorielle (B. Piazzi), celle des retours (F. Capece) et l’ouverture de la problématique aux espaces coloniaux (H. Vermeren). Une troisième session traitait des circulations et médiations culturelles par l’évocation des artistes (I. Renard), des sportifs (P. Dietschy) et des intellectuels à partir du témoignage d’Antimo Luigi Farro. Enfin la quatrième session portait sur les nouvelles mobilités qualifiées de « fuite des cerveaux » (L. Salmieri, M. Ballatore, C. Schmoll).

Les textes des communications seront publiés dans les mois à venir pour une partie dans la revue Studi Emigrazione et pour une autre partie dans la revue Hommes & Migrations.

Le colloque a bénéficié du soutien non seulement du laboratoire international associé Mediterrapolis, mais aussi de l’Institut français Italia, l’École française de Rome, la MMSH, l’UMR TELEMMe, Sapienza-Università di Roma, le Centro Studi Emigrazione-Roma et l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes (Université de Côté d’Azur).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.