Les participants à la session MediterraPolis

UNE SESSION MEDITERRAPOLIS AU COLLOQUE « EDUCATION AND POST-DEMOCRACY »

La revue Scuola democratica a organisé son premier colloque international à Cagliari du 6 au 8 juin 2019 sur le thème « Education and Post-Democracy ». Ce colloque qui a rassemblé plus de 500 participants a eu pour ambition opportunité de présenter et de discuter des travaux empiriques et théoriques provenant de disciplines variées couvrant sur les questions d’éducation. Laboratoire international associé franco-italien MediterraPolis a organisé dans ce cadre une session sur le thème « Education, patrimoines culturels et espace méditerranéen : histoire et processus créatifs de transmission intergénérationnelle ». La session était organisée et animée par Alessandra Broccolini et Luca Salmieri de l’université Roma-Sapienza avec Stéphane Mourlane de l’UMR TELEMMe-ESPE Aix Marseille Université.

Les participants à la session MediterraPolis
Les participants à la session MediterraPolis

Après une introduction de Luca Salmieri, la première communication proposée par Letizia Bindi (Université de Molise) a porté sur le réseau DiCultHer. Créé en 2015, ce réseau développe ses activités dans les écoles italiennes par le biais d’un réseau régional d’institutions. Son activité porte sur les processus de numérisation dans le domaine de la culture ainsi que sur l’influence croissante des technologies numériques dans l’éducation au patrimoine bioculturel dans les « communautés scolaires». Il vise à proposer des conseils critiques et des méthodologies innovantes pour évaluer l’impact des outils numériques sur la compréhension du patrimoine culturel.

Trois années de recherche / action ont été menées en observant la prise de décision et la planification / réalisation de projets de différentes activités organisées dans différentes régions telles que Molise et la Lombardie, en particulier.

Il en ressort une réflexion sur la relation ambivalente entre un discours assez centralisé sur le patrimoine culturel numérique dans l’éducation et une interprétation périphérique, souvent alternative, des technologies numériques et des médias dans le processus éducatif. Les communautés scolaires produisent en effet des projets intéressants sur la diffusion du patrimoine culturel numérique ainsi que sur le transfert et l’inclusion de connaissances numériques. Letizia Bindi a rendu compte de certaines de ces expériences impliquant des étudiants, des enseignants et des parties prenantes locales. Parmi ces expériences, on peut en particulier remarquer celle menée par l’Istituto Gigli di Rovato (Brescia) : « cartes postales d’Italie : la voie numérique pour l’inclusion, l’art et la culture laboratoires créatifs de l’humanisme solidaire ».

Carmen Gómez-Redondo (Université de Valladolid) a porté son attention sur les paysages naturels dans une perspective de patrimonialisation. Il a notamment présenté un modèle d’écohéritage pour l’éducation au patrimoine en milieu naturel, qui est né de l’éducation au patrimoine et à l’éducation en plein air et qui relie les processus : savoir, sentir, éco-imaginer, valoriser et être vivant. Il a souligné que l’art jouait un rôle important dans la construction des liens, car il fournit des valeurs esthétiques qui guident l’éducation au patrimoine vers une jouissance ne dépendant pas de l’utilité du patrimoine, des relations entre les éléments la conformation aux systèmes patrimoniaux. Il est ainsi permis l’acquisition d’une pensée critique et réflexive dans la construction du patrimoine.

Walking as a tool and metaphor to reach heritagization, Slide de Carmen Gómez-Redondo
Slide de Carmen Gómez-Redondo

L’acte de marcher est particulièrement privilégié car, au-delà d’une activité physique, est compris comme un moyen de construire un sens, en l’occurrence le sens du patrimoine. La technique artistique devient une métaphore du processus cognitif et affectif de patrimonialisation.

Francesca Berti (Université de Tübingen) a dans sa communication traité de l’intégration de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans la pratique de l’éducation interculturelle à partir de l’exemple des jeux traditionnels en tant qu’outil de didactique et de formation des enseignants.

De nombreux jeux – joués par des enfants, des adultes ou les deux – ont transcendé le temps et l’espace et existent aujourd’hui dans d’innombrables variétés dans toutes les régions du monde : jeux de quilles, bols, boules, toupies, mais aussi jeux de cartes et de société, etc. Les jeux et jouets inventés avant la révolution industrielle (vers le milieu du XIXe siècle) sont désignés comme des « jeux traditionnels ». Dans certains cas, ils se sont diffusés par le bais de la migration des joueurs tandis que dans d’autres ils sont restés propres aux traditions locales.

Affiche du festival Tocati 2018
Affiche du festival Tocati 2018

Dans la pratique de l’éducation interculturelle, les jeux traditionnels constituent un véhicule par lequel des familles de jeux similaires peuvent être explorés, en soulignant les ressemblances, les variétés ou les corrélations exprimées par des contacts culturels. Le projet sur les jeux et jouets traditionnels implique les élèves et les enseignants dans une recherche explorant l’histoire, la géographie et la science, ainsi que dans des moments ludiques. Le projet vise à cartographier les jeux découverts dans la classe et ceux rassemblés par les enfants, à interroger des parents et des personnes âgées sur leur propre expérience de jeu. Ces histoires rappellent parfois des jeux oubliés et des pratiques de jeu typiques de la région / du pays d’origine.

L’exploration de jeux traditionnels de différentes régions permet d’atteindre l’objectif éducatif du patrimoine culturel comme « un instrument d’intégration et de dialogue interculturel » (UNESCO 2003/2018), puisque certains jeux traditionnels – les dits sports et jeux traditionnels (TSG) – sont reconnus par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La discussion sur les valeurs éducatives des jeux traditionnels a notamment portée sur une comparaison avec les conditions d’émergence du sport moderne dans les établissements scolaires anglais (public schools) au XIXe siècle, offrant ainsi une transition avec la communication de Didier Rey (Université de Corte) sur le football.

Didier Rey a proposé un exemple d’utilisation du football à des fins civiques à partir de l’histoire de la Jeunesse sportive bonifacienne (JSB), club de football local corse, qui évolue seulement en championnat régional. Il a ainsi montré qu’il était possible de lier sport, histoire et patrimoine en vue d’une ouverture sur la Méditerranée dans le cadre d’un enseignement destiné aux collégiens et lycéens.

Jeunesse sportive bonifacienne (JSB), 1931
Jeunesse sportive bonifacienne (JSB), 1931

À travers le JSB, apparaissent ainsi les témoignages de différents flux migratoires et de la réinvention d’une identité, invalidant ainsi le discours de rejet de l’Autre et les fantasmes d’une communauté ethniquement pure.

Revenant sur l’histoire du club, Didier Rey a montré que la formation des jeunes hommes est, avant 1940, fortement tournée vers la préparation militaire. Au cours des années 1960, l’entraînement devient strictement sportif et lié, parfois avec des activités physiques proposées au collège de la ville. Le souci de former des générations de bons sportifs / sportives, mais aussi et surtout à partir des années 1990, le désir de fournir une orientation solide aux jeunes générations dans un environnement devenu déroutant en raison des profondes transformations économiques et socioculturelles qui ont nourri la ville, a amené le club à se concentrer sur l’aspect éducatif.

Cette éducation implique également le développement de l’héritage propre à la JSB, que ce soit par l’évocation de membres disparus ou par des archives de conservation scrupuleuses, donnant ainsi au club une mémoire vive de référence pour l’avenir. Au cours des premières décennies du 21e siècle, le JSB continue de bénéficier d’un réel soutien populaire et d’un marqueur identitaire bonifacienne.

La communication de Katia Ballachino (Université de Salerne) tout en revenant sur les proposés par l’UNESCO pour définir le patrimoine immatériel et sa mobilisation dans une perspective éducative, a présenté un cas de figure ancré également dans le territoire.

«Gigli di Nola» de 2013
«Gigli di Nola» de 2013

La fête du «Gigli di Nola» de 2013 – qu’elle a étudiée au moyen d’une ethnographie étalée sur dix ans – a été inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO dans le réseau national des festivals structures processionnelles. Depuis le début des années 2000, certaines associations locales ont commencé à investir dans des programmes et des initiatives destinés aux écoles afin de planifier les candidatures du «Gigli di Nola». Katia Ballachino a ainsi analysé l’implication d’enseignants et d’élèves locaux en faveur de la promotion du patrimoine culturel lors de la préparation ou après l’inscription sur la liste de l’UNESCO. Elle a aussi mis l’accent sur les actions utiles pour assurer un développement durable de l’inclusion des jeunes générations dans le maintien socioculturel des pratiques et des valeurs culturelles.

Les organisateurs de la session ont conclu en soulignant la richesse des intervention susceptibles non seulement de donner lieu à une publication, enrichie d’autres contributions, mais aussi de servir de base à la constitution d’un réseau international de chercheurs sur le question du rapport entre patrimoine et éducation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.