Résumé de Faire diaspora en ville : mémoire, représentations, institutions

Les 26 et 27 septembre derniers se sont tenues à l’École française de Rome trois demi-journées d’étude autour de Faire diaspora en ville : mémoire, représentations, institutions. Ces journées ont été financées par le LIA Mediterrapolis, ainsi que par l’École française de Rome, l’Institut national universitaire Jean-François Champollion et le laboratoire DYPAC, avec le soutien de La Sapienza. Les textes des intervenants avaient été transmis en amont aux organisateurs, afin de faciliter l’orientation des discussions par la suite.

La première demi-journée a débuté par l’accueil des participants ainsi que les salutations institutionnelles. Puis Natalia Muchnik (EHESS) a donné la première conférence du programme. À travers un vaste panorama historique et historiographique, Natalia Muchnik a souligné l’importance de l’implantation locale et de l’attachement au lieu d’habitation pour comprendre les processus à l’œuvre dans les groupes diasporiques, qui ont souvent plutôt été étudié dans leur dimension réticulaire. À travers une analyse des rapports entre voisinage et communauté, entre mixité spatiale et logiques territoriales séparées, une étude des points de focalisation de la présence diasporique (lieux de culte, cimetière, faubourgs, auberges, rues) et des lieux de contact, Natalia Muchnik a ainsi souligné comment l’étude spatiale des diasporas doit penser l’articulation des niveaux d’appartenance des groupes et des individus.

Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l'exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.
Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l’exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.

La première session, « S’approprier la ville : usages spatiaux » a été présidée par Marie Bossaert (EFR) et a permis d’entendre Philippe Trélat (Université de Rouen) sur les chrétiens orientaux dans les villes chypriotes de la fin du XIIe au XVIe siècle ainsi que Thibault Bechini (Université Panthéon Sorbonne) sur les migrants italiens à Marseille et à Buenos Aires, des années 1850 aux années 1890. Les deux interventions ont permis d’aborder les questions de dispersion et du regroupement géographique à l’échelle urbaine, en fonction des histoires spécifiques de ces communautés. La question de l’ancrage local par rapport à la dimension translocale des diasporas a également été soulevée, notamment dans le cas de la mise en valeur du territoire de Buenos Aires en lien avec les relations des communautés italiennes entre elles au XIXe siècle.

La conférence d’Isabelle Poutrin (Université de Reims) a clôturé la journée, et a permis, à travers une étude de cas précise, de comprendre la manière dont des acteurs ancré dans des communautés différentes, en l’occurrence un Génois, un juif et un Français à Rome, ont été mis en relation à travers le cas d’une décision de la Rote romaine de 1589. Ces interactions à l’échelle micro permettent d’attirer l’attention sur les rôles sociaux et leur actualisation dans les interactions, et permet d’ouvrir également sur les questions de cloisonnement des communautés, notamment juives, dans la ville pontificale.

Lors de la seconde journée, la session « Confessionnalisation : questions religieuses », présidée par Alessandro Saggioro (Sapienza) a permis ouvrir le spectre géographique vers les territoires habsbourgeois avec la communication de Benjamin Landais (Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse), couplée avec l’étude des mobilités des chrétiens orientaux à Rome de Cesare Santus (FNRS) ainsi que l’examen des relations entre groupes juifs ashkénazes et séfarades à Candie, de la fin du Moyen Âge au début de l’époque moderne, de Giacomo Corazzol (IRHT) . Ces trois communications ont permis d’aborder la ville comme creuset de transferts culturels ou intellectuels, ainsi que comme lieu de production d’identité notamment à travers les relations des communautés diasporiques entre elles. Les rapports entre assignation politique et assignation religieuse ont permis de questionner la notion de confessionnalisation, un processus qui est loin d’être univoque ou unidirectionnel en fonction des situations.

La dernière session « Faire communauté : le groupe et la mémoire », présidée par Marianna Ferrara (Sapienza) a permis d’aborder les communautés juives de Testour avec la communication de Souad Toumi (Musée national du Bardo), celle de Ferrare avec la communication de Laura Graziana Secchieri (chercheuse indépendante), ainsi que la diaspora marchande française en péninsule ibérique étudiée par Sylvain Lloret (Sorbonne Université). Les interventions et les discussions ont abordé le rôle de la reconnaissance des autorités dans la construction diasporique ainsi que l’importance des marqueurs topographiques dans la mise en place d’une mémoire communautaire.

La table ronde conclusive a cherché à retracer les fils des différentes discussions durant les sessions, qui ont été particulièrement riches. Ont été ainsi évoquées, entre autres, la question du rôle de l’institutionnalisation dans le processus de communautarisation et son lien ou ses contradictions avec les phénomènes diasporiques de mise en réseau ; la mise en concurrence des communautés diasporiques entre elles, notamment dans le cadre des relations avec les autorités publiques ; l’importance de restituer les logiques individuelles par rapport aux processus communautaires ; le modèle du ghetto et de la diaspora juive ; ainsi que les échelles pertinentes pour l’étude des phénomènes diasporique, du micro-local à l’échelle impériale, dans des contextes où l’administration est relativement lâche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.