école d’été “Habiter le patrimoine. L’habitat populaire urbain entre destruction, réhabilitation et réappropriation (histoire, sciences sociales et architecture)”

6-10 juillet 2020
Campus de Marseille de l’EHESS
Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille

La deuxième École d’été de MediterraPolis est consacrée aux relations entre habitat populaire, patrimoine et transformation urbaine. Habiter le patrimoine dans ses composantes spatiales et sociales, met en jeu une pluralité d’acteurs et de relations entre passé, présent et avenir, à travers les dynamiques de transformation des habitants et du cadre habité. Les processus de rénovation urbaine et de « gentrification » des centres urbains sont au centre des recherches en sciences sociales qui, au cours des dernières années, se sont intéressées aux villes du sud de l’Europe et de la Méditerranée. Par rapport à ces études, l’objectif de cette école d’été est d’apporter un regard pluridisciplinaire sur la question du logement des populations à faibles revenus dans sa relation au bâti « historique ». Loin d’être confinées aux marges urbaines, les populations défavorisées ont trouvé, dès le XVIIe siècle, au cœur des centres-villes, des espaces d’accueil (au-delà des institutions d’assistance et de renfermement des pauvres) qui ont donné lieu à des formes urbaines spécifiques. D’autre part, la question du patrimoine et de l’habiter concerne également les espaces périphériques, les quartiers HLM, les cités et les grands ensembles, qui font désormais l’objet d’une réflexion sur les processus de (non) construction de la mémoire du territoire, entre stigmatisation et projets de démolition et reconstruction. Le patrimoine architectural (et « architextural » – H. Lefebvre) nous permet de penser la réappropriation de l’habitat dans ses rapports complexes et sans cesse renouvelés à l’espace et au temps, en prenant en compte les processus qui relient société, culture, territoire, architecture et paysage. La question du patrimoine est en effet pensée non seulement comme héritage de lieux et bâtiments historiques, mais surtout au prisme des réadaptations et réappropriations continuelles de la part des habitants, qui témoignent de son intégration dans la société.

Habiter le patrimoine dans ses composantes spatiales et sociales, met en jeu une pluralité d’acteurs et de relations entre passé, présent et avenir, à travers les dynamiques de transformation des habitants et du cadre habité. Les processus de rénovation urbaine et de « gentrification » des centres urbains sont au centre des recherches en sciences sociales qui, au cours des dernières années, se sont intéressées aux villes du sud de l’Europe et de la Méditerranée. Par rapport à ces études, l’objectif de cette école d’été est d’apporter un regard pluridisciplinaire sur la question du logement des populations à faibles revenus dans sa relation au bâti « historique ». Loin d’être confinées aux marges urbaines, les populations défavorisées ont trouvé, dès le XVIIe siècle, au cœur des centres-villes, des espaces d’accueil (au-delà des institutions d’assistance et de renfermement des pauvres) qui ont donné lieu à des formes urbaines spécifiques. D’autre part, la question du patrimoine et de l’habiter concerne également les espaces périphériques, les quartiers HLM, les cités et les grands ensembles, qui font désormais l’objet d’une réflexion sur les processus de (non) construction de la mémoire du territoire, entre stigmatisation et projets de démolition et reconstruction. Le patrimoine architectural (et « architextural » – H. Lefebvre) nous permet de penser la réappropriation de l’habitat dans ses rapports complexes et sans cesse renouvelés à l’espace et au temps, en prenant en compte les processus qui relient société, culture, territoire, architecture et paysage. La question du patrimoine est en effet pensée non seulement comme héritage de lieux et bâtiments historiques, mais surtout au prisme des réadaptations et réappropriations continuelles de la part des habitants, qui témoignent de son intégration dans la société.

Avec cette école d’été, MediterraPolis propose de réfléchir aux modes d’appropriation des formes urbaines et aux usages multiples et changeants qui caractérisent le bâti historique dans les quartiers populaires. La nature des biens habités sera au centre du questionnement de cette école, tout comme les individus et communautés d’habitants dépositaires, usufruitiers et comptables d’un « patrimoine ». Pour ce faire, l’école se fonde sur la prise en compte d’une temporalité longue, et sur le dialogue entre disciplines.

Plusieurs axes de réflexion vont nourrir le travail mené dans le cadre de cette école d’été :

  • Habitants des centres-villes, habitants des périphéries
  • Formes urbaines, permanences et changements d’usages sur la longue durée
  • Quartiers « populaires » et gentrification
  • Mémoires de l’espace et conflits de mémoires
  • Processus de stigmatisation / processus de patrimonialisation
  • Centres-villes et métropolisation

L’École d’été est ouverte aux doctorant.e.s, masterant.e.s et post-doctorant.e.s en Histoire, Sociologie, Anthropologie, Géographie, Architecture, Urbanisme

Modalités de soumission des candidatures

Les dossiers de candidature comporteront les pièces suivantes :

  • Résumé du projet de thèse (1 page)
  • CV (1 page)
  • Lettre de motivation (préciser notamment les intérêts pour la thématique de la formation en relation avec les recherches en cours).

Ils seront adressés à agnes.rabion@univ-amu.fr

Le voyage A/R et l’hébergement des participants, ainsi que les déjeuners, seront pris en charge par l’organisation.

Comité scientifique

Angelo Bertoni (TELEMMe), Bruno Bonomo (SARAS, La Sapienza), René Borruey (ENSA Marseille), Jean Boutier ((EHESS, Centre Norbert Elias), Alessandra Broccolini (DiSSE, La Sapienza), Eleonora Canepari (TELEMMe), Xavier Daumalin (TELEMMe), Muriel Girard (ENSA Marseille), Brigitte Marin (EFR – TELEMMe – EHESS), Béatrice Mésini (TELEMMe), Boris Pétric (CNRS, Centre Norbert Elias), Lidia Piccioni (SARAS, La Sapienza), Céline Regnard (TELEMMe), Elisabetta Rosa (CREAT UCL Bruxelles), Luca Salmieri (DiSSE, La Sapienza), Valeria Siniscalchi ((EHESS, Centre Norbert Elias), Alice Sotgia (ENSA Marseille), Giuseppe Stemperini (Università di Roma Tre)

Comité d’organisation

Angelo Bertoni, Bruno Bonomo, Alessandra Broccolini, Eleonora Canepari, Brigitte Marin, Béatrice Mésini, Boris Pétric, Agnès Rabion, Luca Salmieri, Caroline Testanière


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.