Maison Consulaire

Journées d’étude La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine), INU Champollion, 10-11 mai 2019

Les 10 et 11 mai 2019 se sont tenues à l’Institut National Universitaire Jean-François Champollion d’Albi les journées d’étude La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine) organisées par Diego Carnevale (Università degli Studi di Napoli « Federico II »), Mathieu Grenet (INU Champollion), Fabrice Jesné (École française de Rome) et Jörg Ulbert (Université de Bretagne Sud, Lorient). S’inscrivant dans l’axe 2 (« Mobilité, citadinité, politique ») du LIA MediterraPolis, cette manifestation a également bénéficié du soutien de l’INU Champollion, de l’UMR 5136 FRAMESPA, du laboratoire TEMOS CNRS FRE 2015, de l’axe « Textes, Contextes, Frontières » de l’INU Champollion et de la Communauté d’agglomération de l’Albigeois. Elle a enfin obtenu le label scientifique de l’Université franco-italienne, dans le cadre du 2e appel à projets 2018 (référence du projet : L18B-113).

Ces journées d’étude ont rassemblé – en plus des quatre organisateurs – onze intervenants, dont cinq travaillant en Italie (Università di Pisa, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », Istituto Italiano per gli Studi Storici di Napoli, Istituto di studi storici postali « Aldo Cecchi », et une chercheuse indépendante précédemment rattachée aux Archives du ministère italien des Affaires étrangères), contre trois en France (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Aix-Marseille Université et UMR 5136 Framespa), un en Grèce (École française d’Athènes), un en Angleterre (School of Oriental and African Studies) et un au Canada (McGill University). Ces intervenants ont été sélectionnés après un appel à communication largement diffusé sur les listes de diffusion professionnelles (Calenda, AHMUF, AHCESR, Academia, etc.).

Un chantier collectif

Cette manifestation s’inscrivait dans le cadre des activités du consortium de recherche La fabrique consulaire porté depuis cinq ans par Arnaud Bartolomei (Université Nice Sophia Antipolis), Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert. Particulièrement actif dans l’étude des réseaux et des personnels consulaires européens et extra-européens aux époques moderne et contemporaine, ce collectif se caractérise par son dynamisme : depuis 2014, il a ainsi organisé pas moins de quatre colloques et journées d’étude mêlant historiens confirmés et jeunes chercheurs, et dont les actes ont à chaque fois donné lieu à publication :

L’objectif de la rencontre albigeoise était de prolonger cette ambitieuse enquête collective en l’orientant vers une thématique originale : en l’occurrence celle de la maison consulaire, entendue non seulement comme résidence du consul et de sa famille ou comme lieu de travail du personnel du consulat (le consul, l’éventuel vice-consul, le chancelier, l’interprète, le chapelain, les gardes, les commis, les domestiques, etc.), mais également comme un lieu à la frontière entre espaces privé et public, fréquenté par une pluralité d’acteurs et organisé pour accueillir tour à tour hôtes de marque, visiteurs occasionnels, voyageurs en chemin, membres de la communauté locale ou simples badauds. Ce constat invitait donc à penser à nouveaux frais des questions cruciales comme celle du régime d’extraterritorialité, de l’insertion urbaine des « maisons consulaires », ou encore celle de la charge symbolique d’un espace que sa fonction de représentation distingue de son voisinage immédiat. La rencontre albigeoise proposait ainsi d’établir une histoire totale de la maison consulaire, en mesure de lui redonner toute sa place dans les relations internationales, depuis le Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine.

Déroulement

La rencontre s’est articulée autour de trois demies-journées de travail, lors desquelles les différents intervenants ont été amenés à présenter leurs recherches. Les interventions se sont tenues en français, en anglais et en italien. Le comité d’organisation ayant demandé à chacun de pré-circuler son texte deux semaines avant la manifestation, l’ensemble des intervenants ont eu l’occasion de prendre connaissance des travaux des autres : ce choix a permis des échanges collectifs (là encore en français, anglais et italien) d’excellente qualité tout au long de la manifestation. Enfin, l’appel à la grève de la fonction publique le 9 mai ayant été suivi au niveau régional et national, plusieurs participants ont vu leur déplacement annulé au dernier moment. Le programme de la manifestation s’est donc trouvé profondément remanié, que ce soit pour pallier les absences ou pour permettre aux intervenants retardés d’arriver dans la journée du 10 mai.

La première demi-journée de travail a débuté par une longue introduction, dans laquelle Mathieu Grenet s’est attaché à esquisser les principaux enjeux du chantier « la maison consulaire ». Rappelant la genèse du projet dans le cadre du consortium de recherche sur « La fabrique consulaire », il a tout d’abord signalé l’actualité dramatique du sujet à quelques mois de l’assassinat sauvage, le 2 octobre 2018, du journaliste Jamal Khashoggi dans l’enceinte du consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul. Couplé à d’autres événements de nature moins dramatique (tels que par exemple le blocage du consulat général du Mali à Paris par plusieurs centaines de membres de la communauté malienne de France pour obtenir la libération de 86 personnes détenus arbitrairement par le pouvoir de Bamako), cet événement dramatique est venu rappeler l’importance de l’espace de la maison consulaire dans la construction spatiale, politique et symbolique des régimes de souveraineté et d’identité. L’introduction a également permis d’évoquer plusieurs perspectives transversales à la plupart des contributions pré-circulées par leurs auteurs, et notamment la question de la matérialité de l’espace de la maison consulaire, celle de l’accès au foncier, celle de l’inscription dans le tissu urbain ou celle de l’usage des symboles du pouvoir sur et dans la maison consulaire (drapeau, blason, portrait du souverain, etc.).

Jérôme Cras, directeur des Archives du Tarn-et-Garonne, avait accepté de présenter un très intéressant fonds récemment versé dans ces collections : en l’occurrence, une partie de la correspondance privée d’Arthur Alric, originaire de Castelsarrazin et consul de France à Scutari en Albanie en 1907, accompagnée de plusieurs photographies prises par le consul lui-même et documentant son quotidien ainsi que l’espace du consulat. Cette présentation a mis en évidence la dichotomie entre les dimensions publique et intime de la maison consulaire comme espace de services, de représentation et de résidence. La riche iconographie a également permis de prendre la mesure de l’utilité des différents supports imagés (gravures, photographies, affiches, films, etc.) au service d’une histoire « incarnée » de ces lieux. Costanza Lisi (chercheuse indépendante) a poursuivi cette enquête sur la matérialité de la maison consulaire à travers une étude comparative des consulats sarde et toscan à Alexandrie dans la première moitié du XIXe siècle. Enfin, l’intervention de Thibault Bechini (Université Paris 1) a offert un aperçu saisissant de la richesse des inventaires après décès de consuls (en l’occurrence, celui du consul d’Italie à Buenos Aires en 1868) pour reconstituer l’environnement physique dans lequel ils évoluaient, à commencer bien sûr par celui de la maison consulaire.

La seconde demi-journée de travail s’est concentrée sur des aspects méconnus des usages de la maison consulaire. Bruno Crevato-Selvaggi (Istituto di studi storici postali “Aldo Cecchi”) a ainsi évoqué le rôle des consulats comme relais dans les services postaux italien, français et autrichien en Méditerranée orientale au XIXe siècle, tandis que Brendan Osswald (École française d’Athènes) traitait du rôle d’accueil des maisons consulaires pour les ressortissants « nationaux » de passage, à travers le cas des voyageurs français en Épire entre le XVIIe et le XXe siècle. La confrontation entre ces missions souvent méconnues et les fonctions traditionnelles des consulats (protection des « nationaux », délivrance de documents, etc.) a ainsi permis de penser ces espaces comme plus ouverts sur l’extérieur qu’on ne pourrait le croire au premier abord.

En clôture de cette première journée de travail, Mafalda Ade Winter (McGill University) a proposé une conférence sur l’inscription foncière des consulats étrangers à Alep au XIXe siècle, notamment à travers l’exemple des biens waqf (des fondations charitables à perpétuité) permettant à des populations non-musulmanes de faire souche dans la ville.

La troisième demi-journée de travail a rassemblé trois études de cas consacrées à des consulats européens en Méditerranée orientale aux époques moderne et contemporaine. Umberto Signori (Istituto Italiano per gli Studi Storici, Naples) a proposé une étude des consulats vénitiens dans l’Empire ottoman aux débuts de l’époque moderne, en pointant notamment l’ambiguïté du statut foncier de ces bâtiments au regard du droit vénitien lui-même. Exposant les résultats de sa thèse de doctorat, Eleonora Angella (Università degli studi di Napoli L’Orientale) a ensuite abordé le cas du consulat italien au Caire au cours du demi-siècle suivant l’Unité italienne (1861-1911), en insistant là encore sur les enjeux fonciers ainsi que sur les pratiques spatiales au sein du bâtiment consulaire. Enfin, Alexandre Massé (UMR 5136 FRAMESPA) a proposé une étude fine des vicissitudes du consulat général de France à Smyrne au cours du XIXe siècle, dont l’une des particularités est d’avoir longtemps été itinérant, avant que l’achat d’un bâtiment par la monarchie de Juillet en 1833 ne vienne brutalement ancrer la présence française dans l’espace de la ville.

Valorisation et perspectives

La tenue des journées d’étude sur le campus albigeois de l’INU Champollion a permis au public étudiant de rencontrer des chercheurs italiens et de découvrir une culture historiographique (et plus largement académique) tout à la fois semblable à, et profondément différente de, la nôtre. C’est ce même objectif qui avait déjà conduit en 2016 la Licence d’Histoire de l’INU Champollion à établir une convention Erasmus avec l’Université de Padoue, en plus de celle déjà existante avec l’Université de Messine. La tenue à Albi d’une telle manifestation a dès lors permis aux étudiants d’envisager de futures mobilités dans leur parcours d’études, et de prolonger ainsi dans le domaine de la formation l’effort de valorisation locale des collaborations avec l’Italie dans le domaine de la recherche.

Une attention particulière a également été fournie en direction de la valorisation de cette manifestation sur les différents supports de communication et de diffusion de la recherche proposés par l’INU Champollion. Avec le soutien des services Communication et Numérique de l’établissement, nous avons ainsi pu procéder à la captation vidéo de la plupart des interventions, ainsi qu’à leur mise en ligne sur la WebTV de l’INU Champollion (https://media.univ-jfc.fr/channels/MaisonConsulaire/). Largement relayée sur le site institutionnel de l’établissement comme sur sa page Facebook et sur celle de la Licence d’Histoire, ces vidéos ont pour vocation de toucher un plus large public que celui habitué des salles de conférences, tout en maintenant intact le degré d’exigence scientifique vis-à-vis de l’objet traité.

Enfin, la valorisation du travail mené lors de ces journées d’étude passe par la publication des meilleures interventions, sous une forme naturellement révisée suite aux échanges et aux débats qui ont rythmé la rencontre. Contact a ainsi été pris avec les Presses Universitaires de Provence, en vue de proposer un volume à publier dans la collection « Le temps de l’histoire ». La réponse positive – et même enthousiaste – de cet éditeur nous a conduit à fixer un calendrier de travail assez bref pour envisager une publication dès l’année prochaine : à cette fin, les contributeurs ont été priés de remettre leur texte pour le 15 novembre prochain, en vue d’une remise du manuscrit « mis au propre » pour le 31 décembre 2019. Les échanges tenus lors des journées d’étude ayant amené les participants à pointer un certain nombre de thèmes non pris en charge dans les différentes interventions, le choix a également été fait de solliciter quatre collègues reconnus (et qui ont tous répondu positivement), afin de leur demander de livrer leur éclairage sous la forme d’une contribution dans le volume collectif : il s’agit en l’occurrence de Guillaume Calafat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) sur les conflits de juridiction autour du statut d’extraterritorialité des bâtiments consulaires en Méditerranée moderne, d’Angelos Dalachanis (École française d’Athènes) autour du consulat grec de Suez dans la première moitié du XXe siècle, de Caroline Pane (UMR 7303 TELEMME) sur la transformation des consulats italiens en Case d’Italia durant la période fasciste, ainsi que d’Étienne Peyrat (Sciences Po Lille) sur le rôle des consulats dans la diplomatie européenne au Caucase dans la première moitié du XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.