Restitution de la phase d’observation individuelle (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)

Sortir des murs. L’Atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement », 8-13 juillet 2018

Du 8 au 13 juillet 2018 à Rome, l’atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècle » s’est déroulé à l’Université de la Sapienza. Organisé à l’initiative de l’axe 2 : Mobilités, citadinité, politique du LIA et avec un soutien du LabexMed, de la fondation A*Midex, de l’UMR TELEMMe, de l’Institut universitaire de France et de l’université de La Sapienza. Il a réuni 13 doctorants, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, architecture, géographie) et de 6 nationalités, sélectionnés après un appel à communication, ainsi que 9 encadrants et 8 conférenciers (chercheurs ou enseignants chercheurs en histoire, sociologie, géographie, architecture, démographie).

Sortir des murs, s’installer à La Sapienza (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)
Sortir des murs, s’installer à La Sapienza (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)

Faire le point

Il s’agissait tout d’abord, et c’est peut-être le premier attendu vis-à-vis d’une école d’été, de donner à des doctorants l’occasion de présenter leurs travaux qui, bien que relevant de disciplines différentes, abordent une même thématique. Sans doute les étudiants sélectionnés ont-ils été eux-mêmes surpris de la diversité de leurs sujets et de leurs disciplines au premier abord. Sortir des murs pour sortir quelque peu de l’ornière donc, disciplinaire, chronologique, conceptuelle ; accepter s’exposer au-delà de sa propre pensée ou de son tête-à-tête avec sa (son) directrice (teur) de thèse, présenter clairement un travail qui vous mobilise depuis des mois voire des années à un auditoire qui n’en est pas familier, bénéficier tout simplement d’un regard extérieur, fondé parfois sur des questions naïves – mais ne sont-elles pas les meilleures ? – pour y voir un peu plus clair… grands défis mais possibilités de progrès aussi !

Comment parvenir à ce que ce soit profitable à tous ?

Nous avons décidé de scinder le groupe des doctorants ainsi que l’équipe des encadrants en deux ateliers. Deux après-midi durant, les deux premiers jours, 3 à 4 étudiants ont donc présenté leurs travaux à leur atelier. L’avantage d’une telle organisation était de pouvoir prendre le temps de la présentation et de la discussion. Les présentations des doctorants, d’une durée maximale de 20 minutes, devaient permettre à l’auditoire de comprendre le sujet de la thèse, son matériau, ses hypothèses et premiers résultats, les terrains pratiqués. En retour, en français ou en anglais, les encadrants et les autres doctorants ont joué le jeu de la discussion, pointant les convergences avec leurs propres travaux, apportant des conseils méthodologiques ou bibliographiques, ou posant des questions d’ordre factuel sur telle ou telle présentation. Si le petit groupe encourage la discussion, il a pour inconvénient de restreindre son espace et son auditoire. Bien que les textes des présentations aient circulé avant les ateliers, certains doctorants ont été frustrés de ne pas assister à toutes les présentations. Une re-ventilation des groupes aurait pu être envisagée au second jour.

Apprendre

Si on apprend toujours en écoutant les présentations des autres, le thème choisi pour l’atelier d’études doctorales était aussi celui d’un enseignement à visée généraliste, portant sur la notion d’« habiter » mise à l’épreuve par celle de « mouvement ».

Introduction par Eleonora Canepari et Céline Regnard (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)
Introduction par Eleonora Canepari et Céline Regnard (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)

L’introduction a cherché à explorer ces deux notions et à lancer la réflexion des travaux de la semaine. Après avoir rappelé l’actualité du thème de la mobilité, Eleonora Canepari a souligné l’ancienneté du phénomène et l’importance du regard historique, qui permet de relativiser les situations dites de « crise » aujourd’hui. Cette approche dans la longue durée, centrée sur le paradigme mouvement et non plus sur celui de l’immobilité permet selon elle de renverser la perspective et d’examiner les relations de complémentarité entre mobilité et sédentarité afin de sortir d’une approche de la migration en termes d’urgence et d’exceptionnalité. C’est la notion d’habiter qui, selon elle, permet cette jonction car, entendue dans un sens large, elle désigne une interaction avec l’espace et donc une vision poly-topique et mobile des parcours des acteurs.

Céline Regnard a ensuite approfondi cette réflexion sur l’« habiter » en soulignant comment elle avait été envisagée en sciences sociales et en proposant une définition récente, celle de « faire avec  l’espace » (Mathis Stock1). Lire l’habiter au prisme du mouvement paraît donc comme un questionnement moins paradoxal que logique : cela permet d’interroger ce que la mobilité comporte comme conséquences quant au rapport au monde et à l’espace, y compris dans les formes temporaires et éphémères. Comment les individus pratiquent-ils l’espace, travaillent-ils, sortent-ils, décorent-ils, jouent-ils, dans une situation de mouvement, par essence non-permanente ? Pour ceux dont le mouvement est empêché, arrêté, comment faire avec de l’espace dans cette situation de contrainte ? Comment habite-t-on le non-mouvement ? Inversement, on peut relire la notion d’habiter à travers le prisme du mouvement : elle ne se limite pas à la question de la pérennité mais plutôt à celle des habitudes et pratiques ordinaires ou quotidiennes dans un contexte qui peut être marqué par le temporaire et l’éphémère.

L’enseignement était divisé en 4 matinées de conférences dont chacune traitait d’un thème particulier à travers des éclairages disciplinaires différents et complémentaires : histoire et sociologie pour « Habiter la ville par le commerce », sociologie et géographie pour « Habitat informel des migrants », architecture et anthropologie pour « Modes d’habiter en mouvement », géographie et démographie pour « Migrations, installations et sociétés ».

Dans la session « Habiter la ville par le commerce », Laurence Costes, sociologue, université Paris-Est Créteil, a retracé l’histoire de la notion d’habiter de la philosophie à la sociologie. Elle a ensuite développé l’une des multiples dimensions de l’habiter en ville : la pratique du commerce. En s’attardant sur le cas des vendeurs à la sauvette du métro parisien, dont elle avait fait l’étude dans son ouvrage L’étranger sous terre : commerçants et vendeurs à la sauvette du métro parisien (l’Harmattan 1994), elle a montré comment, dans une société en mouvement, le commerce est un vecteur d’urbanité, et contribue à la pratique et aux usages de l’espace. En ce sens, il participe aux recompositions de l’habiter. Son propos a fortement résonné avec celui de l’historienne Melissa Calaresu de l’université de Cambridge qui a travaillé sur la vente de nourriture dans l’espace public à l’époque moderne2. Son propos a articulé une réflexion épistémologique – comment travailler sur l’éphémère et le temporaire pour des périodes si anciennes, quelles archives mobiliser ?- et scientifique sur les causes, les aspects et la spatialité de ces pratiques parfaitement intégrées à l’économie et au fonctionnement social des villes d’Ancien Régime, particulièrement Naples.

La réflexion sur « L’habitat informel des migrants » était animée par Swanie Potot, sociologue, chercheuse au CNRS (URMIS Nice) et Romain Filhol, géographe. À travers la question rom pour la première et la question des travailleurs agricoles africains en Italie pour le second, ils ont souligné l’articulation étroite entre l’habitat informel, sa visibilité et ses représentations dans les sociétés méditerranéennes aujourd’hui. Swanie Potot a montré comment la question Rom était devenue une question sociale et politique de premier plan à Nice ces dernières années. À travers une étude sur la presse locale, elle a mis en avant la construction d’un problème social et politique dont le pic se situe en 2013. Les populations roms ont donc été triplement marginalisées à Nice : spatialement, économiquement et socialement mais aussi symboliquement. On a retrouvé cette question de la marginalisation multiple dans l’intervention de Romain Filhol qui a travaillé sur la culture de la tomate en Italie du sud et en particulier sur l’utilisation dans les plaines agricoles des Pouilles d’une main-d’œuvre africaine clandestine, logée dans des campements de fortune et dénigrée du point de vue des représentations collectives. Ici, la notion de marginalité n’est toutefois pas totale puisque cette activité économique est intégrée au système de production agricole local et fonctionne comme un espace ressource au cœur du système migratoire sud-européen – comme ailleurs en Europe pour d’autres cultures- et qu’une véritable société, hiérarchisée et structurée, s’est mise en place dans ces serres-logements construites en plein champs avec des matériaux de récupération.

La troisième session d’enseignement, consacrée au thème « Modes d’habiter en mouvement » a essentiellement tourné autour de la question de la visibilité, de l’invisibilité et des pratiques d’invisibilisation des migrants, mobiles, roms dans la ville par le pouvoir. Elisabetta Rosa, architecte, université catholique de Louvain, a présenté deux terrains de recherche : l’un à Bruxelles, l’autre à Marseille. Elle a d’emblée insisté sur le fait que, pour les pouvoirs publics, ce n’est pas le mouvement qui pose problème, mais la visibilité de la marginalité dans l’espace urbain. De fait, et paradoxalement, ceux qui sont sans domicile fixe sont assignés au mouvement par les détenteurs du pouvoir politique et de la norme, et ce afin de les invisibiliser. À travers l’exemple du mouvement de protestation collective des chauffeurs de taxi à Bangkok en 2010, Claudio Sopranzetti, anthropologue, université d’Oxford, est revenu sur cette idée du pouvoir de bouger, de circuler. Lorsque les chauffeurs de moto-taxi décident, en forme de protestation, de ralentir le trafic de la ville pendant deux semaines, ils entament un bras de fer avec les autorités gouvernementales. Lorsqu’ils bloquent les carrefours stratégiques pour l’économie, la ville est paralysée. Délogés par l’armée, ils ont pourtant fait la démonstration de leur force en tant que rouages de l’économie et ce, malgré leur relative invisibilité.

On a retrouvé la notion de pouvoir et plus particulièrement les acteurs gouvernementaux durant la quatrième session d’enseignement intitulée « Migrations, installations et sociétés » lors de laquelle la réflexion a porté sur l’intégration des populations mobiles par l’habiter. Fabio Amato, géographe, université de Naples, est revenu sur la « crise migratoire » actuelle, le rôle des États et de l’opinion publique. Il a montré, à travers l’exemple de Naples, que les migrants occupaient des niches, spatialement et économiquement, en investissant les quartiers pauvres ou désaffectés et les secteurs de l’économie où le travail est disponible.  Salvatore Strozza, démographe, université de Naples, a complété l’approche de Fabio Amato en présentant des chiffres très complets concernant les migrations en Italie aujourd’hui et en posant la question de l’intégration de ces populations dans un contexte toujours plus tendu politiquement.

Ces conférences ont donné lieu à des échanges nourris entre l’ensemble des participants de l’atelier d’études doctorales. Elles ont permis de renforcer les convergences entre les travaux des étudiants et les avancées scientifiques récentes dans les différentes disciplines représentées. Elles ont enfin esquissé des problématiques d’ensemble autour des notions de visibilité et d’invisibilité, de seuil, d’opinion publique, de politique ou d’approches sensibles de l’habiter.

Travailler ensemble

Le troisième aspect visé pour cette semaine d’atelier était la construction d’un événement scientifique par les doctorants eux-mêmes, c’est-à-dire un apprentissage, par la pratique, de la mise en place et de l’animation d’un temps de restitution scientifique. Un après-midi a été consacré à sa préparation.

L’après-midi de réflexion des doctorants (crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)
L’après-midi de réflexion des doctorants (crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)

Au terme de la réflexion, les étudiants ont ressenti le besoin de proposer un événement scientifique articulé en deux temps : une première phase d’observation hors-les-murs, fondée sur la visite de terrain d’un lieu, la gare Termini et son quartier ; suivie d’une seconde phase de restitution sous la forme d’un séminaire articulé en trois axes transversaux qui reprenaient les principales problématiques abordées en début de semaine. Ainsi, la matérialité du mouvement, la gestion politique du mouvement et ses représentations ont été doublement questionnées.

La mise en place de l’événement scientifique (Crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)
La mise en place de l’événement scientifique (Crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)

Inspirée de la proposition de la « marche en ville » (Rachel Thomas3) permettant une approche sensible de l’espace et de ceux qui l’habitent, une balade urbaine a donc mené les participants de l’Université de la Sapienza à la gare Termini, abordée par son flanc nord-est, traversée puis contournée par l’ouest à la Piazza Vittorio Emanuele II. Dans ce quartier se croisent des voyageurs romains et italiens, beaucoup de touristes, mais aussi de nombreux migrants qui logent également à proximité. C’est aussi à la gare Termini que se trouvent le siège d’associations qui portent assistance aux plus démunis et, spécifiquement, aux migrants.

Une phase d’observation individuelle a ensuite permis, grâce à la méthode d’observation de son choix et sur un des trois sujets retenus (matérialité du mouvement, politique, représentations) de se laisser saisir par l’un des multiples aspects de la façon dont le mouvement est habité dans le quartier. Au terme de ces expériences individuelles, une mise en commun a été effectuée. Les traces conservées (dessin, photographie, écriture, cartographie) et les sujets retenus (portillons automatiques, observation d’individus, observation du passage, enquête sur l’accueil des populations démunies, observation des mendiants, architecture de la gare) se sont avérés multiples. Cette expérience sensorielle et intellectuelle donnera peut-être lieu à une publication collective.

Restitution de la phase d’observation individuelle (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)
Restitution de la phase d’observation individuelle (crédits photographiques : Agnès Rabion, TELEMMe, CNRS-AMU)

Forts des acquis de cette phase d’observation complétée par leurs propres travaux de thèse et l’apport des conférences, les doctorants ont bâti les trois sessions de la matinée du lendemain. Confrontés à la difficulté d’introduire scientifiquement une rencontre académique, de l’animer, d’y faire participer le public et d’y participer, on peut supposer que les étudiants ont beaucoup appris de ces différents défis relevés avec le sourire. Au final, ils ont proposé de courtes communications qui se voulaient complémentaires et conclusives d’une semaine scientifiquement très riche.

L’atelier d’études doctorales s’est terminé dans une discussion collective, avec la certitude que plus de temps aurait été nécessaire à la partie de la semaine prise en charge par les doctorants, mais que le triple objectif fixé (faire le point, apprendre, travailler ensemble) avait tenu bien des promesses scientifiques, pédagogiques et humaines.

Restitution des travaux de la semaine par les doctorants (crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)
Restitution des travaux de la semaine par les doctorants (crédits photographiques : Céline Regnard, TELEMMe, AMU-CNRS)

Auteur : Céline Regnard

Édition du billet : Delphine Cavallo

  1. Stock Mathis, « Habiter comme « faire avec l’espace ». Réflexions à partir des théories de la pratique », Annales de géographie, 2015/4 (N° 704), p. 424-441. DOI : 10.3917/ag.704.0424. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2015-4-page-424.htm []
  2. Food Hawkers: Selling food in the streets from antiquity to the present day, Edited by Melissa Calaresu, Danielle van den Heuvel, Routledge, 2016 []
  3. Thomas Rachel, « La marche en ville. Une histoire de sens », L’Espace géographique, 2007/1 (Tome 36), p. 15-26. DOI : 10.3917/eg.361.0015. URL : https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2007-1-page-15.htm []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.