Tous les articles par Stéphane Mourlane

UNE SESSION MEDITERRAPOLIS AU COLLOQUE « EDUCATION AND POST-DEMOCRACY »

La revue Scuola democratica a organisé son premier colloque international à Cagliari du 6 au 8 juin 2019 sur le thème « Education and Post-Democracy ». Ce colloque qui a rassemblé plus de 500 participants a eu pour ambition opportunité de présenter et de discuter des travaux empiriques et théoriques provenant de disciplines variées couvrant sur les questions d’éducation. Laboratoire international associé franco-italien MediterraPolis a organisé dans ce cadre une session sur le thème « Education, patrimoines culturels et espace méditerranéen : histoire et processus créatifs de transmission intergénérationnelle ». La session était organisée et animée par Alessandra Broccolini et Luca Salmieri de l’université Roma-Sapienza avec Stéphane Mourlane de l’UMR TELEMMe-ESPE Aix Marseille Université.

Continuer la lecture de UNE SESSION MEDITERRAPOLIS AU COLLOQUE « EDUCATION AND POST-DEMOCRACY »

« Education, cultural heritages and the Mediterranean space », session du colloque Scuola Democratica (Cagliari, 6-8 juin 2019)

Alessandra Broccolini (Sapienza), Stéphane Mourlane (TELEMMe-Aix Marseille Université) et Luca Salmieri (Sapienza) coordonnent pour le LIA Mediterrapolis une session du colloque Scuola Democratica (Cagliari, 6-8 juin 2019) sur le thème « Education, cultural heritages and the Mediterranean space: History and creative processes of intergenerational transmission ». Cette session pluridisciplinaire vise à établir une compréhension conceptuelle partagée de l’interface entre le patrimoine culturel matériel et immatériel et l’éducation, ainsi qu’à partager des expériences concrètes antérieures et en cours pertinentes pour l’intégration du patrimoine culturel matériel et immatériel dans les processus éducatifs et de socialisation. Parmi les participants à cette session :

·         Letizia Bindi (University of Molise, Italy) : Is it really up to us? DiCultHer Network and its implications in developing cultural heritage learning

·         Carmen Gómez-Redondo (Université de Valladolid) : Land art as a tool for heritagization in the ecoheritage model

·         Katia Ballacchino (University of Salerno, Italy) Education is Heritagization. Anthropological reflections from some ethnographical cases

·         Francesca Berti (University of Tübingen, Germany) : Between similarities and cultural diversities: intercultural education meets intangible cultural heritage. The example of traditional games

·         Didier Rey (Univervity of Corte, France) : Il calcio, la storia, il patrimonio e l’educazione a traverso la « Jeunesse sportive bonifacienne »

Programme de la session « Education, cultural heritages and the Mediterranean space: History and creative processes of intergenerational transmission« 

 

Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Le colloque franco-italien Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui a rassemblé à Rome les 25 et 26 mars 2019 des historiens, sociologues, politologues et géographes des deux pays afin d’analyser l’importance et la grande fluidité des mouvements de populations entre l’Italie et la France depuis un siècle et demi. Si la rencontre accueillie par l’École française de Rome s’inscrivait résolument dans un cadre scientifique marqué par un profond renouvellement des études migratoires, rappelé en introduction par Stéphane Mourlane, elle ne pouvait faire abstraction du contexte actuel des relations franco-italiennes souligné par lors des mots d’accueil par Christophe Musitelli, conseiller culturel à l’ambassade de France à Rome. Dans sa thèse sur Français et Italiens à la fin du XIXe siècle (EFR, 1983), Pierre Milza avait bien montré qu’au moment où l’immigration transalpine en France prend un caractère massif, les migrants sont à la fois acteurs et enjeux des relations bilatérales. Il a d’ailleurs été rappelé que la France et l’Italie ont établi la première convention internationale bilatérale sur les migrations en 1904. Le colloque s’est aussi inscrit dans un contexte mémoriel qu’il convenait de rappeler. De part et d’autre des Alpes, la gestion de la mémoire de l’immigration connaît en effet des formes diversifiées. Parfois oublié ou méconnu, souvent déformé au prisme du misérabilisme ou de l’idéalisation, ce passé migratoire trouve sa place dans la mémoire collective des deux pays selon des modalités qui mêlent à la fois ressorts historiques et enjeux contemporains. Mais cette mémoire demeure surtout l’apanage des descendants des migrants eux-mêmes. La conscience d’une mémoire partagée entre la France et l’Italie reste en devenir. La circulation de l’exposition Ciao Italia! du Musée national de l’histoire de l’immigration en France et en Italie y apporte une contribution. Le colloque était d’ailleurs adossé à la présentation de cette exposition à l’Institut français-Centre Saint Louis de Rome.

Continuer la lecture de Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui