Archives de catégorie : 2. Mobilités, citadinité, politiques / Mobilità, cittadinanze, politiche

Cet axe s’intéresse aux parcours de mobilité et d’insertion en ville des individus, aux trajectoires migratoires et aux chemins parcourus par les migrants du bassin méditerranéen. La notion de « citadinité » y est mobilisée afin d’étudier les formes d’appartenance à la ville au-delà des définitions juridiques.

Questo asse è dedicato ai percorsi di mobilità e di inserimento in città degli individui, e alle traiettorie e itinerari dei migranti del bacino mediterraneo. La nozione di «citadinité» è utilizzata al fine di studiare l’appartenenza alla città al di là delle definizioni meramente giuridiche.

Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Le colloque franco-italien Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui a rassemblé à Rome les 25 et 26 mars 2019 des historiens, sociologues, politologues et géographes des deux pays afin d’analyser l’importance et la grande fluidité des mouvements de populations entre l’Italie et la France depuis un siècle et demi. Si la rencontre accueillie par l’École française de Rome s’inscrivait résolument dans un cadre scientifique marqué par un profond renouvellement des études migratoires, rappelé en introduction par Stéphane Mourlane, elle ne pouvait faire abstraction du contexte actuel des relations franco-italiennes souligné par lors des mots d’accueil par Christophe Musitelli, conseiller culturel à l’ambassade de France à Rome. Dans sa thèse sur Français et Italiens à la fin du XIXe siècle (EFR, 1983), Pierre Milza avait bien montré qu’au moment où l’immigration transalpine en France prend un caractère massif, les migrants sont à la fois acteurs et enjeux des relations bilatérales. Il a d’ailleurs été rappelé que la France et l’Italie ont établi la première convention internationale bilatérale sur les migrations en 1904. Le colloque s’est aussi inscrit dans un contexte mémoriel qu’il convenait de rappeler. De part et d’autre des Alpes, la gestion de la mémoire de l’immigration connaît en effet des formes diversifiées. Parfois oublié ou méconnu, souvent déformé au prisme du misérabilisme ou de l’idéalisation, ce passé migratoire trouve sa place dans la mémoire collective des deux pays selon des modalités qui mêlent à la fois ressorts historiques et enjeux contemporains. Mais cette mémoire demeure surtout l’apanage des descendants des migrants eux-mêmes. La conscience d’une mémoire partagée entre la France et l’Italie reste en devenir. La circulation de l’exposition Ciao Italia! du Musée national de l’histoire de l’immigration en France et en Italie y apporte une contribution. Le colloque était d’ailleurs adossé à la présentation de cette exposition à l’Institut français-Centre Saint Louis de Rome.

Continuer la lecture de Retour sur le colloque Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui

Bilan des activités 2018 : les principaux thèmes d’études

Le thème de la fabrique de l’espace a été exploré à travers l’étude des chronologies, des sujets et des formes de la stigmatisation urbaine, en prenant en examen les quartiers d’habitat collectif (une rencontre co-organisée en janvier et une session du Congrès européen d’histoire urbaine (EAUH, Rome, août 2018)). Une enquête a été lancée sur les fondaci (forme d’habitat populaire) à Naples en croisant histoire (B. Marin et Marcello Anselmo, TELEMMe) et anthropologie (A. Broccolini, La Sapienza-SARAS). Cette recherche, qui devrait déboucher sur la publication d’une étude fouillée concernant le fondaco Santa Monica, situé dans un faubourg de la ville du XVIIe siècle, rejoint la question des mobilités, aussi bien les mobilités intra-urbaines (notamment lors des expulsions/relogements des familles qui habitaient les fondaci de la ville basse démolis pour des raisons sanitaires après les épidémies de choléra du XIXe siècle) que les migrations (ces logements accueillant, à côté de familles napolitaines enracinées, des travailleurs migrants). La recherche a avancé tant en ce qui concerne les dépouillements d’archives (Archivio di Stato, Archivio Storico Communale) que les enquêtes d’histoire orale. Continuer la lecture de Bilan des activités 2018 : les principaux thèmes d’études

Colloque : Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui | CONVEGNO: Migrazioni e circuiti di scambio tra Italia e Francia, dall’Ottocento a oggi

25 et 26 mars 2019 | 25 e 26 marzo 2019
École française de Rome – Piazza Navona 62

À l’occasion de la présentation de l’exposition Ciao Italia! Immigration et cultures italiennes en France 1860-1960 à l’Institut français – Centre Saint-Louis, le colloque réunira des chercheurs français et italiens de différentes disciplines afin d’examiner divers aspects des flux migratoires entre l’Italie et la France à l’époque contemporaine. Il s’agit de souligner l’importance et la grande fluidité des mouvements de populations entre les deux pays depuis un siècle et demi. Ces migrations, d’une grande diversité géographique et sociale en fonction des circonstances, contribuent à façonner un espace circulatoire transalpin, cadre d’analyse qui permet de dépasser le traditionnel couple émigration/immigration. À l’heure où la question migratoire suscite des tensions entre la France et l’Italie, une perspective inscrite dans la durée doit permettre de saisir, au-delà des enjeux démographiques et économiques, les effets politiques et culturels de ces migrations du point de vue des rapports entre Français et Italiens.

Le colloque est organisé en partenariat par l’Ambassade de France en Italie, l’Institut français en Italie, le Musée national de l’histoire de l’immigration, l’École française de Rome, le Laboratoire international associé Mediterrapolis, la Sapienza Università di Roma, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, l’UMR TELEMMe et l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes (Université de Nice Sophia Antipolis).


In occasione della presentazione della mostra « Ciao Italia. Immigrazione e culture italiane in Francia 1860-1960” all’Istituto francese-Centre Saint-Louis, il convegno riunirà ricercatori francesi e italiani di varie discipline al fine di esaminare i diversi aspetti dei flussi migratori tra l’Italia e la Francia in età contemporanea. Si tratta di evidenziare l’importanza e la grande fluidità dei movimenti di popolazione tra i due paesi da un secolo e mezzo. Tali migrazioni, che presentano una grande diversità geografica e sociale a seconda delle circostanze, contribuiscono a modellare uno spazio di circolazione transalpino, quadro di analisi che consente di andare oltre il tradizionale binomio emigrazione/ immigrazione. Nel momento in cui la questione migratoria suscita tensioni tra la Francia e l’Italia, una prospettiva di lunga durata puo’ consentire di comprendere, al di là delle poste in gioco demografiche ed economiche, gli effetti politici e culturali di tali migrazioni dal punto di vista delle relazioni tra Francesi e Italiani. Continuer la lecture de Colloque : Migrations et circulations entre Italie et France du XIXe siècle à aujourd’hui | CONVEGNO: Migrazioni e circuiti di scambio tra Italia e Francia, dall’Ottocento a oggi

Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions – Appel à communication

Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions
Europe méditerranéenne, XIVe-XVIIIe siècle

26 et 27 septembre 2019 – Rome

Organisateurs :

  • Mathieu Grenet (INU Champollion/Framespa),
  • Pauline Guéna (Sorbonne Université),
  • Catherine Kikuchi (UVSQ),
  • Serena di Nepi (Sapienza).

Comité scientifique :

  • Marie Bossaert (EFR),
  • Eleonora Canepari (TELEMMe),
  • Constance de Gourcy (Aix-Marseille Université),
  • Anouche Kunth (EHESS),
  • Alessandro Saggioro (Sapienza),
  • Pierre Savy (EFR).

Ces journées d’études sont co-financées dans le cadre du Laboratoire International Associé Mediterrapolis.

In italiano: https://mediterrapolis.hypotheses.org/644

In English: https://mediterrapolis.hypotheses.org/683

Argumentaire

Depuis les années 1990, la question des diasporas a été travaillée en sociologie comme en histoire en s’attachant à montrer que les groupes diasporiques sont moins dus à l’héritage commun d’une identité “essentielle” (ethnique, religieuse, nationale…) qu’au choix de leurs membres de mobiliser des éléments communs pour construire une appartenance à la fois relationnelle, sociale et politique. Alors que le concept de diaspora, et plus encore celui de diaspora marchande, ont été discutés et remis en question dans des travaux récents (Dufoix 2011, Calafat et Goldblum 2012), on adoptera en première approche une définition englobante de la diaspora, comme des groupes d’individus partageant une condition d’extranéité, dispersés et attachés à des lieux différents, mais réunis par un même sentiment d’appartenance et une mémoire liée à un espace originel dont ils sont éloignés. Continuer la lecture de Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions – Appel à communication

“Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni – CFP

 “Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni.
Europa mediterranea (XIV-XVIIII secoli)

26 – 27 settembre 2019 – Roma

En français : https://mediterrapolis.hypotheses.org/554

In English: https://mediterrapolis.hypotheses.org/683

Fin dagli anni Novanta del secolo scorso, numerosi sociologi e storici hanno affrontato la questione delle diaspore. Le loro ricerche hanno dimostrato come la definizione dei gruppi diasporici fosse basata non tanto su identità di tipo etnico, religioso o nazionale, quanto su elementi comuni adoperati dai loro membri per costruire un’appartenenza al contempo relazionale, sociale e politica. Poiché il concetto di diaspora, e ancor più quello di diaspora mercantile, è stato messo in discussione da studi recenti (Dufoix 2011, Calafat e Goldblum 2012), la riflessione non può che considerare una definizione ampia di diaspora: gruppi di individui che condividono una condizione di estraneità e che, pur vivendo anche molto lontani tra loro, si riconoscono sia attraverso un comune sentimento di appartenenza sia grazie a un ricordo legato a un luogo d’origine distante. Continuer la lecture de “Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni – CFP

Diasporas in the city: memories, representations and institutions – CFP

Diasporas in the city: memories, representations and institutions.
Mediterranean Europe, 14th-18th century.

Roma, September 26 and 27,2019

En français : https://mediterrapolis.hypotheses.org/554

In italiano: https://mediterrapolis.hypotheses.org/644

Since the 1990s, questions surrounding diasporas have been investigated in sociology and history. Studies have shown that diasporic groups are formed less by their common inheritance of an “essential” identity (e.g. ethnic, religious, national) and more by the choice of their members to recognise points in common, to build a membership based on relational, social and political aspects. While the concept of the diaspora, and even more so that of the trading diaspora, have been discussed and questioned in recent works (Dufoix 2011, Calafat and Goldblum 2012), here we adopt as a first approach a global definition of the diaspora, as groups of individuals sharing a foreign origin, dispersed and attached to different places, but united by the same sentiment of belonging and a memory linked to an original space from which they are distant. Continuer la lecture de Diasporas in the city: memories, representations and institutions – CFP

Sortir des murs. L’Atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement », 8-13 juillet 2018

Du 8 au 13 juillet 2018 à Rome, l’atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècle » s’est déroulé à l’Université de la Sapienza. Organisé à l’initiative de l’axe 2 : Mobilités, citadinité, politique du LIA et avec un soutien du LabexMed, de la fondation A*Midex, de l’UMR TELEMMe, de l’Institut universitaire de France et de l’université de La Sapienza. Il a réuni 13 doctorants, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, architecture, géographie) et de 6 nationalités, sélectionnés après un appel à communication, ainsi que 9 encadrants et 8 conférenciers (chercheurs ou enseignants chercheurs en histoire, sociologie, géographie, architecture, démographie). Continuer la lecture de Sortir des murs. L’Atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement », 8-13 juillet 2018

Atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècles »

Rome 8-13 juillet 2018
Università di Roma Sapienza
Piazzale Aldo Moro, 5

Inscrit dans le cadre des activités du Laboratoire International Associé MEDITERRAPOLIS, l’atelier thématique a pour objet la relation entre mobilité et modes d’habiter l’espace, selon une perspective interdisciplinaire et de longue durée. Le choix de cette thématique puise ses racines dans plusieurs projets collectifs et recherches individuelles menées au sein de l’UMR TELEMME et de la MMSH.

Lire les modes d’habiter au prisme des phénomènes de mobilité permet de reformuler la notion d’habiter et de l’adapter à l’importance que le mouvement et l’instabilité ont dans les sociétés de nos jours et dans celles du passé.

La notion d’habiter proposée dans cet atelier est comprise dans le sens le plus large du terme : « faire avec l’espace », qui ne se limite pas à celui de « résider stablement », mais qui est aussi synonyme de fréquenter, d’être dans un lieu pour des raisons diverses et triviales : travailler, s’amuser, se réfugier, s’abriter, se réunir, se promener, parcourir, boire et manger, etc. Les communications et les workshops proposés au cours de l’atelier aborderont la relation entre le mouvement et les modes d’habiter en variant les échelles (mouvements intra-urbains, mobilité entre la ville et ses alentours, entre différents pays), et selon un questionnement large qui va du travail au logement éphémère. Parmi les thèmes abordés, les mouvements pendulaires, le commerce ambulant, les transports informels, l’itinérance.

L’atelier réunira 14 doctorants en histoire, en géographie, en sociologie, en démographie et en architecture travaillant sur les villes des pays de la Méditerranée, rive nord et rive sud. Continuer la lecture de Atelier d’études doctorales « Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècles »

La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui [Colloque international]

25 et 26 juin 2018
IMéRA – Marseille
Salle de conférence de la Maison des astronomes
2 place Leverrier, 4e

Organisé par 

  • Eleonora CANEPARI TELEMMe, AMU-CNRS et
  •  Massimiliano CRISCI CNR – IRPPS

Ce colloque a pour objet la mobilité dans la ville, de l’époque moderne à nos jours. Depuis toujours, la ville a représenté un pôle d’attraction pour les migrations et, plus généralement, un lieu de mobilité sous toutes ses formes : résidentielle (changement de domicile), quotidienne, pendulaire, saisonnière, etc.

L’objectif de ce colloque interdisciplinaire est d’appréhender la mobilité en ville par une approche centrée à la fois sur les individus et leurs pratiques de mobilité (relations avec le cycle de vie et la biographie) et sur le contexte spatial et historique, en prenant alors en compte, entre autres, l’impact de crises économiques et sociopolitiques et d’événements inattendus qui ont touché l’environnement. Le dialogue entre différentes disciplines scientifiques permettra de saisir des continuités et des ruptures au-delà de la périodisation classique pré- / post- Révolution industrielle. Continuer la lecture de La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui [Colloque international]

La Città Multietnica nel Mondo Mediterraneo. Storia, cultura, patrimonio – Programma, Convegno AISU 2018

Convegno AISU 2018
La Città Multietnica nel Mondo Mediterraneo.
Storia, cultura, patrimonio
Genova, Scuola Politecnica-Architettura, 4-5 giugno 2018

Stradone Sant’Agostino 37 – 16123 Genova

Libro de los juegos de Alphonso X el savio, 1262-1283 ca. Public Domain
Libro de los juegos de Alphonso X el savio, 1262-1283 ca. Public Domain

Lunedì 4 giugno
(Aula Benvenuto / Aula 5h / Cisternone)

9.00-10.00 Registrazione
10.00-10.45 Apertura del convegno
10.45-12.45 Sessioni parallele 1.1 Monumenti urbani e memorie divise fra Otto e Novecento 2.1 Porti e mercanti dall’antichità alla
prima età moderna
 12.30-14.00    Pranzo/buffet
 14.00-15.30 Assemblea AISU
 15.30-17.30 Sessioni
parallele
 1.2 Usi del passato sulla scena della città composita  2.2 Il cantiere multiculturale
 17.30-19.30  Sessioni
parallele
 1.3 Mediatori, traduttori, interpreti  2.3 Viaggiatori, turisti, artisti
 20.00-22.00 Cena/buffet

Martedì 5 giugno
(Aula Benvenuto / Aula 5h / Cisternone)

9.00-11.00 Sessioni parallele 3.1 Luoghi di frontiera 4.1 Colonialismi e decolonizzazione
11.00-13.00 Sessioni parallele 5.1 La città medievale come crocevia
di culture
4.2 Esperienze e retaggi dell’urbanistica
coloniale
13.00-14.00    Pranzo/buffet
14.00-15.00 Sessione Poster
15.00-17.00 Sessioni
parallele
5.2 La dimensione multietnica delle metropoli della prima età
moderna
3.2 Forme di coabitazione contemporanea
17.00-19.00  Sessioni
parallele
5.3. Gli spazi delle minoranze 3.3. La città dei migranti
19.00-20.00  Aperitivo finale

Continuer la lecture de La Città Multietnica nel Mondo Mediterraneo. Storia, cultura, patrimonio – Programma, Convegno AISU 2018

Brigitte Marin, Visiting Professor, Dipartimento di Scienze Sociali ed Economiche, Università La Sapienza di Roma

Brigitte Marin, Professeur d’histoire moderne à Aix-Marseille Université, UMR TELEMMe, est accueillie à l’Université de La Sapienza, au Dipartimento di Scienze Sociali ed Economiche, au mois d’avril 2018, dans le cadre du LIA MediterraPolis, comme Professeur invité pour le développement d’activités de recherche conjointes. Continuer la lecture de Brigitte Marin, Visiting Professor, Dipartimento di Scienze Sociali ed Economiche, Università La Sapienza di Roma

Call for applications summer school “Inhabiting movement 16th-21st centuries”

As part of the official activities of the International Associated Laboratory MEDITERRAPOLIS, the summer school aims to study the relationship between mobility and ways of inhabiting space, from an interdisciplinary and long-term viewpoint. The choice of this theme has its roots in several collective projects and individual researches conducted within the UMR TELEMME and the MMSH.

Studying the ways of inhabiting through the prism of mobility phenomena makes it possible to reformulate the notion of inhabiting and to acknowledge the important role that movement and instability have on present societies as well as those in the past.

The notion of living as proposed in this summer school should be understood in the broadest sense of the word : “deal with space”, which is not limited to that of “residing permanently”, but is also synonymous with frequenting, being in a place for diverse and incidental reasons: to work, to have fun, to take refuge, to take shelter, to get together, to stroll, to travel, to drink and to eat, etc. This conceptualization of living is based on a shift with respect to Heidegger’s understanding of living, centred on here (rootedness and proximity) and habit (habitus). Continuer la lecture de Call for applications summer school “Inhabiting movement 16th-21st centuries”

Appel à participation atelier d’études doctorales “Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècles”

Inscrit dans le cadre des activités du Laboratoire International Associé MEDITERRAPOLIS, l’atelier thématique a pour objet la relation entre mobilité et modes d’habiter l’espace, selon une perspective interdisciplinaire et de longue durée. Le choix de cette thématique puise ses racines dans plusieurs projets collectifs et recherches individuelles menées au sein de l’UMR TELEMME et de la MMSH.

Lire les modes d’habiter au prisme des phénomènes de mobilité permet de reformuler la notion d’habiter et de l’adapter à l’importance que le mouvement et l’instabilité ont dans les sociétés de nos jours et dans celles du passé.

La notion d’habiter proposée dans cet atelier est comprise dans le sens le plus large du terme : « faire avec l’espace », qui ne se limite pas à celui de « résider stablement », mais qui est aussi synonyme de fréquenter, d’être dans un lieu pour des raisons diverses et triviales : travailler, s’amuser, se réfugier, s’abriter, se réunir, se promener, parcourir, boire et manger, etc. Cette conceptualisation de l’habiter se fonde sur un déplacement par rapport à la compréhension heideggérienne de l’habiter, centrée sur l’ici (enracinement et proximité) et sur l’habitude (habitus). Continuer la lecture de Appel à participation atelier d’études doctorales “Habiter le mouvement XVIe-XXIe siècles”

La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui

Organisé dans le cadre du programme de recherche Settling in motion((Chaire d’excellence A*Midex, E. Canepari)) et du Laboratoire International Associé franco-italien MediterraPolis, le colloque a pour  objet  la  mobilité dans la ville, de l’époque moderne à nos jours.

Depuis toujours, la ville a représenté un pôle d’attraction pour les migrations et, plus généralement, un lieu de mobilité sous toutes ses formes. Plusieurs types de mobilité traversent en effet la ville, et et se diversifient selon la motivation (travail étude, famille, consommation, soins, etc.), la durée ou la fréquence (définitive, temporaire, occasionnelle, quotidienne, etc.), et l’étendue du déplacement, qui peut franchir les frontières d’un État comme se limiter à quelques centaines de mètres.

Le colloque est centré sur la mobilité intraurbaine, c’est-à-dire toutes les formes de déplacement qui ont pour origine et pour destination la ville, quelques soient les raisons et les fréquences de ces mouvements. Ainsi, le colloque a pour objet aussi bien la mobilité résidentielle (changement de domicile) que les déplacements quotidiens, de type pendulaire ou non. Continuer la lecture de La mobilité urbaine. Pratiques, parcours et contextes du XVIIe siècle à aujourd’hui

Muoversi in città. Pratiche, percorsi e contesti della mobilità intraurbana dal 1600 ad oggi

Organizzato nell’ambito del programma di ricerca Settling in motion1 e del Laboratorio Internazionale Associato italo-francese MediterraPolis, il colloquio ha per oggetto  la mobilità in città, dall’epoca moderna ai nostri giorni.

La città ha sempre rappresentato un forte polo di attrazione per le migrazioni e più in generale un luogo privilegiato per il dispiegarsi della mobilità umana in tutte le sue forme.

Le tipologie di mobilità che coinvolgono la città come punto di arrivo o di partenza sono infatti molteplici e possono differire per motivazione (lavoro, studio, famiglia, consumo, cura…), per durata o frequenza (definitiva, temporanea, occasionale, quotidiana…) e per ampiezza dello spostamento, che può attraversare i confini statali come limitarsi a poche centinaia di metri.

Il colloquio avrà come oggetto la mobilità intraurbana, ovvero tutte le forme di spostamento che hanno origine e destinazione all’interno di un’area urbana, indipendentemente dal motivo e dalla frequenza con cui esse hanno luogo. Saranno quindi di interesse sia gli studi sulla mobilità residenziale, ovvero sui cambiamenti di abitazione, che quelli sugli spostamenti quotidiani, di tipo pendolare e non. Continuer la lecture de Muoversi in città. Pratiche, percorsi e contesti della mobilità intraurbana dal 1600 ad oggi

  1. Chaire d’excellence A*Midex, E. Canepari []