Journées d’étude La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine), INU Champollion, 10-11 mai 2019

Les 10 et 11 mai 2019 se sont tenues à l’Institut National Universitaire Jean-François Champollion d’Albi les journées d’étude La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine) organisées par Diego Carnevale (Università degli Studi di Napoli « Federico II »), Mathieu Grenet (INU Champollion), Fabrice Jesné (École française de Rome) et Jörg Ulbert (Université de Bretagne Sud, Lorient). S’inscrivant dans l’axe 2 (« Mobilité, citadinité, politique ») du LIA MediterraPolis, cette manifestation a également bénéficié du soutien de l’INU Champollion, de l’UMR 5136 FRAMESPA, du laboratoire TEMOS CNRS FRE 2015, de l’axe « Textes, Contextes, Frontières » de l’INU Champollion et de la Communauté d’agglomération de l’Albigeois. Elle a enfin obtenu le label scientifique de l’Université franco-italienne, dans le cadre du 2e appel à projets 2018 (référence du projet : L18B-113).

Ces journées d’étude ont rassemblé – en plus des quatre organisateurs – onze intervenants, dont cinq travaillant en Italie (Università di Pisa, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », Istituto Italiano per gli Studi Storici di Napoli, Istituto di studi storici postali « Aldo Cecchi », et une chercheuse indépendante précédemment rattachée aux Archives du ministère italien des Affaires étrangères), contre trois en France (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Aix-Marseille Université et UMR 5136 Framespa), un en Grèce (École française d’Athènes), un en Angleterre (School of Oriental and African Studies) et un au Canada (McGill University). Ces intervenants ont été sélectionnés après un appel à communication largement diffusé sur les listes de diffusion professionnelles (Calenda, AHMUF, AHCESR, Academia, etc.).

Un chantier collectif

Cette manifestation s’inscrivait dans le cadre des activités du consortium de recherche La fabrique consulaire porté depuis cinq ans par Arnaud Bartolomei (Université Nice Sophia Antipolis), Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert. Particulièrement actif dans l’étude des réseaux et des personnels consulaires européens et extra-européens aux époques moderne et contemporaine, ce collectif se caractérise par son dynamisme : depuis 2014, il a ainsi organisé pas moins de quatre colloques et journées d’étude mêlant historiens confirmés et jeunes chercheurs, et dont les actes ont à chaque fois donné lieu à publication :

Continuer la lecture de Journées d’étude La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine), INU Champollion, 10-11 mai 2019

Résumé de Faire diaspora en ville : mémoire, représentations, institutions

Les 26 et 27 septembre derniers se sont tenues à l’École française de Rome trois demi-journées d’étude autour de Faire diaspora en ville : mémoire, représentations, institutions. Ces journées ont été financées par le LIA Mediterrapolis, ainsi que par l’École française de Rome, l’Institut national universitaire Jean-François Champollion et le laboratoire DYPAC, avec le soutien de La Sapienza. Les textes des intervenants avaient été transmis en amont aux organisateurs, afin de faciliter l’orientation des discussions par la suite.

La première demi-journée a débuté par l’accueil des participants ainsi que les salutations institutionnelles. Puis Natalia Muchnik (EHESS) a donné la première conférence du programme. À travers un vaste panorama historique et historiographique, Natalia Muchnik a souligné l’importance de l’implantation locale et de l’attachement au lieu d’habitation pour comprendre les processus à l’œuvre dans les groupes diasporiques, qui ont souvent plutôt été étudié dans leur dimension réticulaire. À travers une analyse des rapports entre voisinage et communauté, entre mixité spatiale et logiques territoriales séparées, une étude des points de focalisation de la présence diasporique (lieux de culte, cimetière, faubourgs, auberges, rues) et des lieux de contact, Natalia Muchnik a ainsi souligné comment l’étude spatiale des diasporas doit penser l’articulation des niveaux d’appartenance des groupes et des individus.

Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l'exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.
Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l’exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.

La première session, « S’approprier la ville : usages spatiaux » a été présidée par Marie Bossaert (EFR) et a permis d’entendre Philippe Trélat (Université de Rouen) sur les chrétiens orientaux dans les villes chypriotes de la fin du XIIe au XVIe siècle ainsi que Thibault Bechini (Université Panthéon Sorbonne) sur les migrants italiens à Marseille et à Buenos Aires, des années 1850 aux années 1890. Les deux interventions ont permis d’aborder les questions de dispersion et du regroupement géographique à l’échelle urbaine, en fonction des histoires spécifiques de ces communautés. La question de l’ancrage local par rapport à la dimension translocale des diasporas a également été soulevée, notamment dans le cas de la mise en valeur du territoire de Buenos Aires en lien avec les relations des communautés italiennes entre elles au XIXe siècle.

Continuer la lecture de Résumé de Faire diaspora en ville : mémoire, représentations, institutions

TRA ROMA E IL MARE PATRIMONI CULTURALI E AMBIENTALI, SVILUPPO SOSTENIBILE E CITTADINANZA ATTIVA

Ciclo di seminari internazionali – Roma, 2019-2020

Call for papers – 2° Seminario
28-29 maggio 2020

Nell’ambito del progetto di ricerca Tra Roma e il mare: patrimoni culturali e ambientali, sviluppo sostenibile e cittadinanza attiva è stata avviata la realizzazione di un ciclo di seminari internazionali di ricerca, che verrà sviluppata in tre sessioni, di cui la prima si è svolta il 10 dicembre 2019 e le successive si terranno tra la primavera e l’autunno del 2020 sulla base di call for papers. Obiettivo degli incontri è anche quello di promuovere la formazione di una rete di studiosi, specialisti e funzionari pubblici in grado di promuovere e condividere in- dagini, progetti e approcci metodologici multidisciplinari studiando la complessità del territorio tra Roma e il mare. Il territorio privilegiato di riferimento va dalle Mura Aureliane – in particolare Porta Portese e Porta San Paolo – fino alla fascia litoranea compresa tra la tenuta di Castelporziano e tutto il comune di Fiumicino, con possibili estensioni relazionali e di contesto verso Anzio ovvero Civitavecchia. Il ciclo di seminari è articolato secondo il seguente programma:

1° Seminario: 10 dicembre 2019 – Trasformazioni territoriali e insediamenti umani dall’evo antico alla fine dello Stato Pontificio (il programma dei lavori è consultabile al sito: traromaeilmare.it)

2° Seminario: 28-29 maggio 2020 – Trasformazioni territoriali e insediamenti umani dalla fine dello Stato Pontificio al secondo dopoguerra

Si segnalano, a titolo esemplificativo, le seguenti aree tematiche:

Continuer la lecture de TRA ROMA E IL MARE PATRIMONI CULTURALI E AMBIENTALI, SVILUPPO SOSTENIBILE E CITTADINANZA ATTIVA

Scambi mediterranei: diplomatici e libri in età moderna / Circulations méditerranéennes : diplomates et livres à l’époque moderne

Colloque

20-21 JANVIER 2020
SAPIENZA UNIVERSITÀ DI ROMA
PIAZZALE ALDO MORO 5
EFR ROMA, PIAZZA
NAVONA 62

Dans le cadre des activités du LIA MediterraPolis

Organisé par :

  • Daniele Bianconi (Sapienza Università di Roma)
  • Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université)
  • Elena Valeri (Sapienza Università di Roma)

Partenaire(s) :

  • École française de Rome
  • LIA MediterraPolis
  • Dipartimento SARAS – Dottorato di Storia Antropologia Religioni (Sapienza Università di Roma)

Il convegno Scambi mediterranei: diplomatici e libri in età moderna si propone di indagare il tema della circolazione libraria tra i principali centri urbani dell’area mediterranea al seguito, e per il tramite, delle numerose missioni diplomatiche che costituirono uno degli aspetti più significativi e non ancora del tutto esplorati della vita politica e intellettuale in età moderna. Nei secoli XV-XVIII, i due termini su cui intendiamo sollecitare la riflessione conobbero cambiamenti importanti: da un lato, l’avvento della stampa mutò profondamente la storia del libro, sia pure in forme meno drammatizzate di quanto non si ritenga, e la nascita delle grandi biblioteche ridefinì le coordinate, fisiche e intellettuali, dello spazio comunicativo urbano; dall’altro, la figura dell’ambasciatore cominciò a spogliarsi delle vesti tradizionali del letterato di ascendenza medievale e umanistica per intraprendere un percorso di sempre più rapida professionalizzazione. Incrociando diversi piani di ricerca – la storia del libro, manoscritto e a stampa, la storia delle biblioteche, dell’erudizione e dell’antiquaria, la storia intellettuale, la storia delle relazioni politiche e della diplomazia – e coniugando riflessioni generali e più puntuali approfondimenti su singoli case-studies, il convegno si propone di inquadrare il campo di tensioni dialettiche instauratesi tra diplomazia e libro. Quest’ultimo verrà indagato nel suo essere, di volta in volta, veicolo di un testo, oggetto concreto e talora prezioso da portare in dono, espressione simbolica di alterità (quando non vera e propria contrapposizione) culturale, ma anche compagno di viaggio e insostituibile strumento di lavoro per gli ambasciatori, le cui biblioteche, spesso itineranti al loro seguito, rivitalizzavano il contesto in cui erano dislocate ma ne risultavano altresì arricchite.

Continuer la lecture de Scambi mediterranei: diplomatici e libri in età moderna / Circulations méditerranéennes : diplomates et livres à l’époque moderne

école d’été « Habiter le patrimoine. L’habitat populaire urbain entre destruction, réhabilitation et réappropriation (histoire, sciences sociales et architecture) »

6-10 juillet 2020
Campus de Marseille de l’EHESS
Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille

La deuxième École d’été de MediterraPolis est consacrée aux relations entre habitat populaire, patrimoine et transformation urbaine. Habiter le patrimoine dans ses composantes spatiales et sociales, met en jeu une pluralité d’acteurs et de relations entre passé, présent et avenir, à travers les dynamiques de transformation des habitants et du cadre habité. Les processus de rénovation urbaine et de « gentrification » des centres urbains sont au centre des recherches en sciences sociales qui, au cours des dernières années, se sont intéressées aux villes du sud de l’Europe et de la Méditerranée. Par rapport à ces études, l’objectif de cette école d’été est d’apporter un regard pluridisciplinaire sur la question du logement des populations à faibles revenus dans sa relation au bâti « historique ». Loin d’être confinées aux marges urbaines, les populations défavorisées ont trouvé, dès le XVIIe siècle, au cœur des centres-villes, des espaces d’accueil (au-delà des institutions d’assistance et de renfermement des pauvres) qui ont donné lieu à des formes urbaines spécifiques. D’autre part, la question du patrimoine et de l’habiter concerne également les espaces périphériques, les quartiers HLM, les cités et les grands ensembles, qui font désormais l’objet d’une réflexion sur les processus de (non) construction de la mémoire du territoire, entre stigmatisation et projets de démolition et reconstruction. Le patrimoine architectural (et « architextural » – H. Lefebvre) nous permet de penser la réappropriation de l’habitat dans ses rapports complexes et sans cesse renouvelés à l’espace et au temps, en prenant en compte les processus qui relient société, culture, territoire, architecture et paysage. La question du patrimoine est en effet pensée non seulement comme héritage de lieux et bâtiments historiques, mais surtout au prisme des réadaptations et réappropriations continuelles de la part des habitants, qui témoignent de son intégration dans la société.

Continuer la lecture de école d’été « Habiter le patrimoine. L’habitat populaire urbain entre destruction, réhabilitation et réappropriation (histoire, sciences sociales et architecture) »