Archives par mot-clé : diaspora

[JE] Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions Europe méditerranéenne, XIVe–XVIIIe siècle

Rome – 26 et 27 septembre 2019

Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500,  Archivio Storico del Comune di Venezia.  Image tirée de l'exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.
Vue du Ghetto vénitien, Jacopo de’ Barbari, 1500, Archivio Storico del Comune di Venezia. Image tirée de l’exposition Venice, the Jews and Europe, Palazzo Ducale, Venise, 2016.

Organisateurs :

  • Mathieu Grenet (INU Champollion/Framespa),
  • Pauline Guéna (Sorbonne Université),
  • Catherine Rideau Kikuchi (UVSQ/DYPAC),
  • Serena Di Nepi (Sapienza).

Comité scientifique :

  • Marie Bossaert (EFR),
  • Eleonora Canepari (TELEMME),
  • Constance de Gourcy (Aix-Marseille Université),
  • Anouche Kunth (CNRS),
  • Alessandro Saggioro (Sapienza),
  • Pierre Savy (EFR).

Ces journées d’études sont co-financées dans le cadre du Laboratoire International Associé Mediterrapolis.

En s’inscrivant dans la lignée des travaux qui se sont multipliés depuis les années 1990 au sujet des diasporas, ces journées d’étude visent à examiner particulièrement comment de tels groupes se construisent dans le cadre urbain. On entend ici la ville à la fois comme un espace et comme un territoire dans lequel se déploient les stratégies et les perceptions des acteurs, ainsi que comme le lieu où les communautés interagissent entre elles, avec les institutions et avec les autorités locales. Les communications de ces journées permettront de faire se rencontrer la question des diasporas avec deux thématiques actuelles de l’histoire urbaine : l’étude de la répartition et de l’implantation des étrangers en ville d’une part, et celle des usages de l’espace urbain d’autre part. Il s’agira de comprendre, par l’urbain et ses spécificités, comment on aboutit à des identités collectives – parfois souples et négociées, parfois assignées de manière plus autoritaire – propres à ces groupes sociaux qui finissent par se penser et être pensés comme diaspora, voire par être institutionnalisés comme tels. Nous espérons que cette rencontre sera le lieu de dialogues fructueux, croisant des spécialités et des terrains divers autour de la Méditerranée.

Fin dagli anni Novanta del secolo scorso, numerosi studi sul paradigma della diaspora sono stati condotti in ambito storico e sociologico. Il nostro workshop indagherà la costituzione di gruppi diasporici nel contesto urbano, inteso questo sia come spazio in cui si manifestano percezioni e strategie degli attori, sia come luogo in cui i loro membri interagiscono con le istituzioni e con le comunità locali. Gli interventi si propongono di lavorare in parallelo su temi diversi, intrecciando, da una parte, lo studio della distribuzione e dell’ubicazione degli stranieri nella città e, dall’altra, gli usi dello spazio nello sviluppo urbano. Tenendo in considerazione le caratteristiche specifiche del tessuto urbano, punteremo a ricostruire i processi attraverso cui le identità collettive di questi gruppi sociali – flessibili e negoziate e/o imposte dall’autorità esterna e dalle sue regole – finiscono per pensarsi e per essere percepite come diaspora, talvolta anche dal punto di vista istituzionale. Ci auguriamo che questo incontro favorisca dialoghi interdisciplinari su temi mediterranei.

Continuer la lecture de [JE] Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions Europe méditerranéenne, XIVe–XVIIIe siècle

Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions – Appel à communication

Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions
Europe méditerranéenne, XIVe-XVIIIe siècle

26 et 27 septembre 2019 – Rome

Organisateurs :

  • Mathieu Grenet (INU Champollion/Framespa),
  • Pauline Guéna (Sorbonne Université),
  • Catherine Kikuchi (UVSQ),
  • Serena di Nepi (Sapienza).

Comité scientifique :

  • Marie Bossaert (EFR),
  • Eleonora Canepari (TELEMMe),
  • Constance de Gourcy (Aix-Marseille Université),
  • Anouche Kunth (EHESS),
  • Alessandro Saggioro (Sapienza),
  • Pierre Savy (EFR).

Ces journées d’études sont co-financées dans le cadre du Laboratoire International Associé Mediterrapolis.

In italiano: https://mediterrapolis.hypotheses.org/644

In English: https://mediterrapolis.hypotheses.org/683

Argumentaire

Depuis les années 1990, la question des diasporas a été travaillée en sociologie comme en histoire en s’attachant à montrer que les groupes diasporiques sont moins dus à l’héritage commun d’une identité “essentielle” (ethnique, religieuse, nationale…) qu’au choix de leurs membres de mobiliser des éléments communs pour construire une appartenance à la fois relationnelle, sociale et politique. Alors que le concept de diaspora, et plus encore celui de diaspora marchande, ont été discutés et remis en question dans des travaux récents (Dufoix 2011, Calafat et Goldblum 2012), on adoptera en première approche une définition englobante de la diaspora, comme des groupes d’individus partageant une condition d’extranéité, dispersés et attachés à des lieux différents, mais réunis par un même sentiment d’appartenance et une mémoire liée à un espace originel dont ils sont éloignés. Continuer la lecture de Faire diaspora en ville : mémoires, représentations, institutions – Appel à communication

“Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni – CFP

 “Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni.
Europa mediterranea (XIV-XVIIII secoli)

26 – 27 settembre 2019 – Roma

En français : https://mediterrapolis.hypotheses.org/554

In English: https://mediterrapolis.hypotheses.org/683

Fin dagli anni Novanta del secolo scorso, numerosi sociologi e storici hanno affrontato la questione delle diaspore. Le loro ricerche hanno dimostrato come la definizione dei gruppi diasporici fosse basata non tanto su identità di tipo etnico, religioso o nazionale, quanto su elementi comuni adoperati dai loro membri per costruire un’appartenenza al contempo relazionale, sociale e politica. Poiché il concetto di diaspora, e ancor più quello di diaspora mercantile, è stato messo in discussione da studi recenti (Dufoix 2011, Calafat e Goldblum 2012), la riflessione non può che considerare una definizione ampia di diaspora: gruppi di individui che condividono una condizione di estraneità e che, pur vivendo anche molto lontani tra loro, si riconoscono sia attraverso un comune sentimento di appartenenza sia grazie a un ricordo legato a un luogo d’origine distante. Continuer la lecture de “Fare diaspora” in città: memorie, rappresentazioni, istituzioni – CFP